May 25, 2020

Essai Renault Mégane 4 GT 205 EDC7- Du dynamisme by Renault Sport

Le segment C est dominé par la Peugeot 308 et l’indétrônable Vokswagen Golf. Renault ne veut pas se laisser distancer et souhaite aussi faire de sa Mégane 4 une sucess story. Défi réussi ?

renault-megane-iv-gt

J’ai eu la chance de participer à la dernière campagne de publicité de la Renault Mégane GT, ce qui m’a permis de tester en avant première cette voiture à mi chemin entre une Mégane « classique » et une Mégane RS sur route et circuit.

Design

Si il y a bien quelque chose que l’on retient la première fois que l’on voit cette 4e génération de Mégane c’est bien son design. La patte de Laurens Van den Aecker est bien là, la face avant ressemble beaucoup à toutes les nouvelles Renault Espace, Kadjar et Talisman. D’ailleurs de loin, je vous met au défi de différencier une Mégane 4, d’une Talisman. Ce crochet formé par les feux de jours LED vient asseoir l’avant de la voiture lui donnant une sacré gueule au passage. Les blocs optiques sont donc « Full LED » permettant d’avoir un éclairage très esthétique sans oublier l’efficacité.

renault-megane-iv-gt-10

Ce que je préfère sur cette voiture est l’arrière, la nouvelle signature lumineuse est vraiment réussite. Les feux restent allumer de jour comme de nuit et petit détail, cette signature visuelle LED est disponible sur toutes les finitions.

Comment faire pour reconnaître une Mégane 4 GT d’une Mégane 4 « normale » au premier coup d’œil ?

  • Jantes exclusives 19″
  • Double sorties d’échappement ( en réalité ce n’est qu’un enjoliveur d’échappement, une des deux sorties est fausse.
  • Badges Renault Sport

Moteur

Sous le capot, on a le plaisir de retrouver un moteur que nous connaissons bien puisqu’il s’agit du bloc de la Clio 4 RS 205 EDC. Voici les caractéristiques de ce moteur :

  •  Bloc 4 cylindres 16s turbo 1.6 (TCe)
  • Puissance de 205ch (11CV) à 6000 trs/min, couple maxi de 280 Nm à 2400 trs/min
  • Boite automatique à double embrayage EDC à 7 rapports
  • Vitesse max : 230 km/h
  • 0 à 100 km/h en 7.1s
  • Réservoir de 50l
  • Poids : 1392kg

renault-megane-iv-gt-9

Pari réussi du côté motorisation, où Renault Sport a mis sa patte et ça se voit. Je me rappelle avoir été déçu de la motorisation sur la Clio GT qui faisait plutôt pensé à une GT Line qu’à un vrai modèle « GT ».

Pour le moment, la Mégane GT n’est disponible qu’en version essence mais des rumeurs semblent affirmer qu’une version diesel ne devrait pas tarder à être proposé.

Conduite

Si je ne dis pas de bêtises, la gamme « GT » chez Renault est arrivé avec la Mégane 2 phase 2. Il s’agissait à l’époque de prendre la Mégane et de l’équiper d’accessoires pouvant laisser penser qu’il s’agissait d’une sportive. Même recette pour la Mégane 3 GT mais le problème récurent sur ce genre de modèles était la motorisation (je parle surtout pour la Mégane 3 GT).

renault-megane-iv-gt-18

Pour la première fois, le badge « Renault Sport » est apposé sur un modèle « GT », cette homologation n’était jusqu’à maintenant réservé aux modèles RS de la marque au losange. C’est une bonne manière de dire  » Bon on rigole plus maintenant on va bosser sur cette voiture et on va en faire une sportive ». Comme je l’ai précisé en préambule de cet article, j’ai eu la chance de la tester sur circuit bien que ce ne soit pas vraiment son terrain de prédilection. Elle s’en sort plus que bien, le 4Control est bluffant d’efficacité lui permettant d’avoir un train avant collé au sol même en plein virage sans être sous-vireuse. Côté motorisation, le 1.6 TCe 205 s’en sort très bien, la sonorité est sympa en mode Sport, la boite EDC avec palettes au volant permet de se sentir comme dans une F1. Les sièges baquets sont parfaits, et en plus de cela ils sont très, entièrement vêtu d’alcantara.

L’affichage tête haute est là, je suis fan de ce genre d’équipement encore trop rare sur certains véhicules. Cela permet de ne pas avoir constamment le regarde rivé sur le compteur, surtout avec 205 ch sous le capot on apprécie pouvoir garder les yeux sur la route.

Ce modèle est uniquement disponible avec la boite automatique EDC à 7 rapports, évidemment que certains grinceront des dents. J’ai connu les débuts de la boite EDC sur le Renault Captur qui se révélait assez lente, ici elle a bien évolué et gagne en rapidité surtout en mode Sport. Je ne suis pas fan des palettes fixes mais ces dernières sont assez grandes ce qui permet de les trouver sans avoir à tâtonner. Le mode « Launch Control » est disponible pour les afficionados des départs arrêtés.

L’éclairage de nuit est excellent grâce aux projecteur Full LED qui donnent un joli effet bleuté.

Ambiance à Bord

Excellente surprise à l’intérieur avec de superbes sièges baquets qui sont clairement au dessus des sièges d’origine de la Mégane III RS. Cet intérieur sent bon le neuf, tout a été complètement repensé, rien à voir avec la Mégane III. Le compteur est presque complètement numérique, des aiguilles ont été gardées pour la température d’eau moteur et le niveau de carburant. Côté infotainement, c’est un item où elle excelle puisque le R-link 2 est là avec deux tailles d’écran disponibles, c’est assez fluide, je le connaissais déjà pour l’avoir utilisé sur le nouvel Espace.

renault-megane-iv-gt-14

Une fois le soleil couché, on peut admirer sur les baguettes de portières un éclairage LED qui évolue en fonction des modes de conduite.

 

Concurrentes :

  • Peugeot 308 GT : 33.700€
  • Kia Pro Cee’d GT : 28.990€

 

 

On aime

  • La polyvalence du duo chassis/moteur
  • L’efficacité du 4Control
  • Le renouveau du design de cette nouvelle Mégane 4
  • Les sièges baquets <3

On n’aime pas

  • La fausse sortie d’échappement
  • Pas de compatibilité Apple CarPlay ou Android Auto (dommage avec un si grand écran)
  • Pas disponible en boite méca

Prix: 34.290 € (à partir de 31.800€ hors options )

Avec du recul, cette Mégane IV GT se révèle être une excellente routière, parfaite pour avaler les km. Le circuit n’est pas son terrain de jeu favoris, son système de freinage n’est pas vraiment fait pour cette utilisation et montre vite ses limites. Mais attention il ne s’agit pas de la Mégane RS mais de la Mégane GT. Renault Sport a pour la première fois mis son nez dans cette finition et justement, les sorciers ont fait bien plus qu’ajouter des appendices cosmétiques, c’est pour moi une vraie petite GTi même si on aimerait avoir un peu plus de puissance. ON attend de pied ferme la Mégane 4 RS !

Un grand merci à Renault France de nous avoir fait confiance pour cet essai.

Photos

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Fondateur et Rédacteur en Chef AutoDay.fr

Laisser un commentaire

Instagram