August 21, 2019

Essai – Peugeot 208 Féline 1.6 THP 155 (Attention elle mord)

 

La Peugeot 208 digne descendante de la 207 se devait de surprendre, après la success story de la 206, la 207 n’a pour moi pas rencontré le succès attendu et face à une concurrence de plus en plus rude sur ce marché des citadines la tâche ne s’annonçait pas facile. Je vous l’avoue au départ j’ai eu cette 208 surtout pour tester le fabuleux Peugeot Connect Apps qui n’est disponible pour le moment uniquement sur ce modèle mais quand je me suis retrouvé derrière le volant j’ai pris une claque (dans le bon sens du terme). Je vais essayer de relater dans mon article mes impressions sur cette 208 Féline 1.6 THP 155.

 

Design

Le design générale de la 208 est assez spécial, en général on aime ou on déteste mais on peut dire qu’il y a eu une vraie réflexion des dessinateurs pour ce nouveau modèle, exit le gros logo peut être trop imposant qu’on pouvait retrouver sur les 307,308 et 207 sur la calandre, ici les lignes ont été adoucies, tout est arrondi mais avec de jolies lignes de fuite sur les ailes de la voitures. J’aime beaucoup la face avant lui donnant un look à la fois doux et méchant avec ses optiques et feux diurnes LED du plus bel effet. Bon il faut préciser une chose je n’ai pas eu la finition entrée de gamme avec les enjoliveurs et les caches sur les anti-brouillards, j’avais entre les mains une finition Féline, comme son nom le suggère tel un chat elle ne demande qu’à montrer ses griffes, j’avoue que le premier coup d’oeil sur cette voiture m’a tout de suite conquis, le coloris Bleu virtuel avec des reflets violets au soleil ne m’a pas laissé indifférent. Les jantes de 17 pouces bi-colors (noir et grise) sont de toute beauté mais attention toutefois comme trop souvent sur les créneaux où la proximité avec les trottoirs ne fait souvent pas bon ménage. Petit signe distinctif sur cette finition, le petit retour chromé sur la vitre arrière. Concernant l’arrière de la voiture je suis moins fan, je le trouve un peu trop sage même si l’énorme baquet collé sur le hayon me rappelle que je ne suis pas devant n’importe quel 208 mais en face d’une véritable tigresse.

Moteur

Sous le capot sur cette finition on a le droit qu’à trois moteurs :

  • 1.6L THP 155ch (boite 6 vitesses)
  • 1.6L e-HDi 92ch (boite 5 vitesses)
  • 1.6L e-HDi 115ch (boite 6 vitesses)

Pour ma part j’ai eu le droit au redoutable 1.6 THP 155, même bloc moteur que sur la Citroën DS3 Racing avec évidement un turbo plus sage et donc moins de chevaux. Pour information ce moteur a été développé conjointement avec BMW, il serait donc logique que l’efficacité soit au rendez-vous.

La double sortie inox identique à celle présente sur la DS3 annonce la couleur mais après avoir fait un tour de clé, ça chante ! Plus précisemment ça ronronne sans faire un bruit monstre c’est vraiment agréable pour les oreilles même si ce dernier s’estompe clairement à haut régime mais il ne faut pas oublie que c’est un 1.6L.

A l’usage, cette motorisation est un régal on ne se retrouve jamais « à sec » niveau couple ça pousse fort pour une voiture qui ne s’affiche pas clairement comme une sportive attention toutefois à la consommation qui peut monter assez haut quand on est trop joueur mais ça c’est le jeu.

Conduite

Concernant la conduite, il est bon de préciser que ce n’est pas le chassis « lambda » de la 208 qui a d’ailleurs été emprunté à la Citroën C3, on a ici un chassis spécifique ce qui cependant tombe sous le sens quand on une telle motorisation sous le capot il est nécessaire que la voiture suive. Les roues de 17 pouces rendent les suspensions assez ferme mais pas trop, ca reste confortable, les sièges sont parfaits, on est bien calé dans les virages. Le volant beaucoup plus petit que la moyenne est agréable à l’usage il faut un petit temps d’adaptation mais Peugeot a bien joué le coup en réduisant sa taille pour que l’on n’ait plus à regarder le compteur à travers le volant mais au desssus. Par contre gros bémol pour les commandes du régulateur de vitesse complétement masqué par le volant si l’on n’est pas un minimum familiarisé avec les boutons on est obligé de s’arrêter pour savoir quel bouton fait quoi ce qui est particulièrement handicapant sur autoroute mais ce constat je le fais également sur la Citroën DS3 très dommage. Contrairement à la DS3, on retrouve quelques boutons sur le volant qui permettent de régler le volume de la musique, les stations de radio ou encore répondre au téléphone, enfin des choses basiques mais qui deviennent vite des gestes quotidiens.

Mon gros coup de coeur pour la conduite revient au compteur même si j’y reviendrai un peu plus bas, on remarque une réflexion des ergonomes de la marque au lion avec un compteur plus profond mais avec une lisibilité de dingue et en plus d’un design rarement vu sur une voiture française je crois que c’est le plus beau tableau de bord que j’ai pu voir jusqu’à maintenant, bravo Peugeot.

Sur ce modèle haut de gamme on a le droit à un toit panoramique tout de verre vêtu, je ne vais pas vous faire un dessin, comme vous l’imaginez c’est lumineux, très lumineux et petit détail très sympa, quand la pénombre fait son arrivée, au niveau des rails, un fil de LED bleu prend  vie et en pleine nuit l’effet est génial et ne gêne en rien la conduite c’est le petit « Nice to Have ».

 

Tableau de bord et équipement

Je viens de faire de nombreuses eloges concernant ce tableau de bord sur la 208 qui impressionne d’efficacité, on sort vraiment des clous à ce niveau, l’écran tactile qui sert à tt régler concernant le multimedia de la voiture est un des points fort de ce modèle c’est notamment grâce à lui que vous allez pouvoir vous servir du Peugeot Connect Apps qui permet d’accéder à des applications connectées à internet, pour en savoir plus je vous recommande d’aller faire un tour sur mon test.

Sur ce niveau de gamme on a presque tout ce qu’on est en droit d’attendre d’une voiture, sièges chauffants, Climatisation auto bi-zone, Kit audio JBL qui d’ailleurs est de très bonne facture avec un caisson intégré au coffre qui ne prend pas énormément de place. Le GPS integré est correct, surtout avec un tel écran de 7 pouces c’est un vrai régal à l’usage, pas besoin d’une multitude de bouton on peut clairement s’en servir sans avoir à ouvrir la notice et c’est pour moi essentiel de laisser ça dans le vide poche.

Conclusion

Pour résumer mon essai le temps d’un week-end de cette 208 Féline, je dirais que j’ai été particulièrement surpris du travail de Peugeot pour cette petite citadine qui affiche un look moderne et sportif, la conduite confirme les impressions précédentes de la voiture, on a pas envie de lacher le volant et de rouler pendant des heures mais en utilisant assez souvent le régulateur de vitesse tant la facilité qu’a ce petit bolide à monter dans les tours est impressionante. Je suis beaucoup plus fan de la face avant, c’est plus sobre, il n’y a plus le gros Lion sur la calandre, ce dernier a été remplacé par une plaque avec Peugeot gravé c’est très classe !

C’est presque un sans faute pour cette 208 Féline affiché au tarif de 20.900€ ce qui fait presque 4000€ de moins que sa déclinaison GTI, je continue à dire que ça fait cher pour une citadine mais la concurrence semble n’être pas loin et quand on aime..

Je voudrais remercier Peugeot pour m’avoir fait confiance pour cet essai et j’en redemande avec peut être bientôt qui sait l’essai de la « vraie » 208 sportive je parle bien sur de la 208 GTI.

Les + :

  • Look en rupture avec les anciennes générations
  • La motorisation THP 155 est un vrai régal
  • Chassis efficace et rarement pris en défaut
  • Tableau de bord magnifique
  • Vraie roue de secours avec jante

 

Les  :

  • Commandes du régulateur de vitesse masqué par le volant
  • Prix peut être un peu trop élevé
  • Pas de feux Xenon sur un haut de gamme

 

Photos prises avec le Sony Nex5-r et filmé avec la Go Pro HD Hero 2.

Vous pouvez suivre l’actualité du blog sur Twitter et Facebook.

[nggallery id=8]

Fondateur et Rédacteur en Chef AutoDay.fr

Laisser un commentaire

Instagram