May 17, 2021

Essai Peugeot 208 GTi 30th – Deux couleurs, un mythe

La 205 GTi est certainement la GTI française la plus emblématique, afin de fêter ses 30 bougies comme il se doit, Peugeot a décidé de mettre au point une Peugeot 208 GTi 30th.

Peugeot 208 GTi 30th-8

Le mythe est-il intact ?

Design

Peugeot 208 GTi 30th

Le design de cette livrée est très particulier, je pourrais en parler pendant des heures. A commencer par cette couleur très exclusive, un coloris bi-ton, bi-matière, c’est du jamais vu. La 208 GTi 30th est proposé en 3 coloris (Rouge Rubis, Blanc Nacré et Coupe franche Noir mat’ et rouge vif). Le résultat est vraiment bluffant, je conçois que 90% des gens trouvent ce coloris « kéké tunning » mais moi j’adore.

Cette version 30th se veut différente de la version « classique », en dehors de ce coloris, si vous optez pour une peinture plus discrète comme le rouge Rubis, seul un regard averti pourra voir la différence, en voici la liste:

  • Nouvelles jantes de 18 pouces noir mat’ avec étriers rouges Peugeot Sport Brembo
  • La custode comporte le logo 208 GTi 30th pour rappeler la 205 GTi
  • Double canule d’échappement chromée comme la DS3 Racing (la 208 GTi comportait une sortie carré)
  • Liseret rouge vif sur la calandre
  • Assiette abaissée de 10mm

Peugeot Sport n’a pas vocation à toucher à la carosserie mais quelques modifications subtiles permettent de distinguer cette version exclusive.

Moteur

Peugeot 208 GTi 30th

Le THP est toujours là, les magiciens de Peugeot Sport voulaient pousser encore un peu plus ce bloc, il faisait 200ch sur la 208 GTi. Résultat des courses, le bloc 4 cylindres 1.6 THP prend 8ch pour développer 208ch.

 

Voici les caractéristiques du moteur:

  • Bloc moteur 4 cylindres turbo 1.6 de 208ch (12 CV) à 5800 trs/min
  • Couple maximum de 300 Nm à 1700 trs/min
  • Vitesse maximum de 230 km/h
  • 0 à 100 km/h franchit en 6.5s
  • Poids de 1185kg
  • Réservoir de 50l
  • Consommation mixte de 8L/100km

 

 

Conduite

Peugeot 208 GTi 30th-11

Mais en fait une 208 GTi 30th cela ne se regarde pas, ça se conduit. Ni une ni deux j’ai voulu vérifier les dires de Peugeot qui a évidemment fait beaucoup de pub sur cette évolution marquante.

Oui on parle d’évolution, autant les différences extérieures sont discrètes, mais un gros travail a été réalisé sur le châssis et sur le moteur.

Petit aperçu des changements:

  • Amélioration de la puissance à 208ch
  • Autobloquant Torsen (emprunté à la RCZ R)
  • Frein Brembo pour améliorer le mordant
  • Amortisseurs plus raides pour offrir plus de sensations et une meilleur tenue de route
  • ESP et antipatinage recalibré pour être moins intrusifs

Le résultat est juste dingue, on a entre les mains une nouvelle voiture. La conduite est complétement différente de ce que j’ai pu ressentir sur la 208 GTi qui manquait de mordant et de sensation de conduite. On a ici une vraie GTi, elle se rapproche beaucoup de sa grand-mère la 205 GTi, surement moins joueuse de l’arrière mais le mythe est là. A commencer par l’autobloquant Torsen, c’est fou comme un système si « simple » peut changer le tempérament d’une voiture, à chaque changement de rapport la voiture reste littéralement collé à la route en accrochant le bitume même sur du changement de rapports à la sauvage.

La suspension revue offre une tenue de route ultime, la voiture vire vraiment à plat, ce qui permet de passer plus vite sur certain virages sans se faire peur, les dos d’âne ne sont pas copain copain avec la 208 GTi 30 th mais on s’en fout cette voiture est fait pour les petites routes en rase campagne.

La dernière fois que j’ai ressenti de telles sensations c’était avec une certaine Mégane RS, ce fut la première voiture à l’essai sur AutoDay et j’avoue qu’après tous les essais que j’ai pu faire c’est la bagnole qui m’a donné le plus de sensations. La 208 GTi 30th est pour moi ni plus ni moins qu’une mini Mégane RS. Les sièges empruntés à la 207 RC sont obligatoires, dommage que Peugeot ne les ait pas intégré dès le début mais ils offrent un excellent maintien se rapprochant dangereusement de ce que peut faire Recaro.

Du côté du freinage, beau boulot de Peugeot Sport avec une belle endurance et un très bon mordant. La renommée du THP n’est plus à faire, cette version 208ch ne fait pas défaut, je n’ai pas ressenti la différence avec un THP 200 c’est minime mais dans tous les cas j’adore ce bloc moteur, il ne s’essouffle jamais et diffuse une douce mélodie à chaque accélération.

 

Ambiance à bord

Peugeot 208 GTi 30th

Sans grande surprise, l’ambiance intérieure ne change presque pas, en dehors des nouveaux baquets. LE dégradé tout moche sur la console centrale et sur les portes a laissé place à un noir piano et un rappel du motif des ceintures de sécurité de la 20 GTi (noir avec une bande rouge verticale).

Pas de fausses notes sur cet intérieur qui est simple mais efficace avec des surpiqures rouges un peu partout pour le coté GTi. Le volant est comme sur les 208 et 308 très agréable à prendre en main, il est très pratique à l’usage et permet de mieux voir les informations du tableau de bord.

 

Ses principaux concurrents  ?

  • Audi S1 (34.600€)
  • Citroën DS3 Racing (31.250€)
  • Ford Fiesta ST (24.450€)
  • VW Polo GTI (27.050€)
  • Renault Clio RS Trophy (29.000€)

On aime

  • La livrée coupe franche tellement exclusive <3 (option à 1100€)
  • Le duo THP 208 et autobloquant Torsen
  • La plage de couple grandiose
  • Son tempérament de mini Mégane RS

On n’aime pas

  • Pas de feux Full LED ou Xénon
  • Sonorité de l’échappement pas assez présente à haut régime
  • La rendre

Prix: 30.325€ (à partir de 29.000€) contre 25.200€ pour la 208 GTi « classique ».

Vous l’avez compris, cette mini Mégane RS m’a enchanté, Peugeot montre avec ce modèle qu’en France ont sait faire des voitures mais aussi des voitures énervées et efficaces.

Merci à Peugeot France pour le prêt de cette version exclusive.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Fondateur et Rédacteur en Chef AutoDay.fr

Laisser un commentaire