August 09, 2022

Essai Mazda CX-5 2022 – beaucoup de bien mais …

Lancée en 2012, le Mazda CX-5 est un SUV compact qui fait les belles heures de Mazda depuis sa commercialisation. En 2017, Mazda a commercialisé une deuxième génération du CX-5 pour moderniser son SUV à succès. Depuis, le CX-5 est devenu l’un des modèles phares de la marque. Il représente environ 19 % des ventes annuelles de Mazda en Europe, et s’affiche comme le modèle le plus vendu pour la marque au niveau mondial avec 353 615 unités écoulées en 2021.

Design

Le Mazda CX-5 2022 semble ne pas avoir évoluer esthétiquement. Pourtant la face avant a été redessinée. La calandre abandonne son maillage traditionnel au profit d’un tout nouveau motif caractérisé par une série de perçages tridimensionnels qui semblent flotter à la surface de la grille.

Les optiques avant et arrière ont également été repensées. Elles intègrent quatre feux à LED oblongs – deux de chaque côté – qui font ressortir l’assise large et bien campée du CX-5.

Pour le reste, le CX-5 conserve ses mensurations : 4,58 m de long, 1,85 de large (hors retro) et 1,68 m de haut. Mais surtout, on a apprécié la VRAIE garde au sol de 20 cm. Ce qui fait du CX-5 un vrai SUV et pas un crossover.

Le Mazda CX-5 2022 inaugure trois nouveaux niveaux de finition : Newground, Homura et Takumi. Et naturellement, des différences de design vont se apparaître selon les finitions.

L’univers Newground se caractérise par un traitement argenté des boucliers avant et arrière et des moulures de porte, des coques de rétroviseur noires, des inserts vert citron au niveau de la calandre, et des jantes alliage usinées 19 pouces en finition noire.

L’univers Homura (notre modèle d’essai) se distingue par un traitement noir brillant typé sport de la calandre, du profil ailé, des sections inférieures des boucliers, des passages de roue, des moulures de porte et des coques de rétroviseur, conférant ainsi un look athlétique et acéré au véhicule. Les jantes alliage 19 pouces arborent une finition noire métallisée, et la calandre intègre des inserts rouges. Le dynamisme est très explicite mais avec la peinture rouge « soul red » de notre modèle d’essai ce n’est pas dénué d’une certaine élégance.

L’univers Takumi hérite d’une livrée extérieure unicolore parfaitement unifiée qui met en valeur les formes dynamiques caractéristiques du design Kodo. La finition brillante des jantes alliage argentées de 19 pouces contribue à rehausser l’aspect métallisé de la carrosserie.

Dans l’ensemble, le Mazda CX-5 est sans aucun doute l’un des plus désirable des SUV de son segment. Homogène, racé mais élégant. A l’épreuve du design, Mazda rend donc une excellente copie.

Ambiance à bord et info-divertissement

A bord du Mazda CX-5 2022 on est toujours agréablement surpris par la qualité et la précision des assemblages. Les matériaux aussi sont de très bonnes qualités. Certes l’ambiance peut paraître austère, mais les premiums allemandes ne sont pas beaucoup plus fun. Tout est agencé et assemblés avec un soin qui place sans complexe le CX-5 au niveau de son concurrent chez Audi ou Volvo. Bref, aucun reproche possible sur ce point.

En revanche, au rayon des nouveautés, là aussi tout est dans le détail car l’intérieur a été intégralement conservé de la version précédente. Mais c’est très bien ainsi. On retrouve surtout quelque chose que personnellement j’adore : l’écran central de 10,25 pouces qui n’est pas tactile. Toute l’interface multimédia se pilote depuis un bloc de commandes très bien pensé situé sur la console centrale. Ainsi, aucune trace de doigts sur l’écran. On aime ou on déteste, mais pour ma part je trouve ça génial ! On note l’apparition d’une recharge à induction et un sélecteur de mode de conduite. Sur notre version d’essai en 4×2 il permet de choisir entre un mode « Sport » et un mode « Normal ».

Les sièges, avant et arrière, se montrent très accueillant, confortable. Où que l’on prenne place, il y a de la place aux jambes, aux épaules et les plus grands n’auront pas la tête dans le pavillon. Sauf à la place centrale arrière. Même sur les version deux roues motrices, le très imposant tunnel de transmission et l’arrière de la console centrale (qui intègre les commandes de clim pour les passagers arrières) rendent anecdotique la place du passager central.

Sur la finition Homura de notre modèle d’essai, les passagers arrière disposent même de siège chauffant et de prise USB … mais tout cela se trouve dans l’accoudoir central arrière. Le CX-5 semble bel et bien conçu pour le voyage à quatre.

L’une des grosses nouveautés de ce CX-5 2022 c’est l’augmentation du volume du coffre. Grâce à la réduction de la taille du système Hi-Fi Bose, le coffre du CX-5 2022 gagne 16 litres. Il est désormais de 522 litres sur les versions essence et de 510 litres sur les diesel (en incluant le rangement sous le plancher).

Conduite & motorisation

Historiquement, Mazda est un motoriste. Et encore aujourd’hui, la marque reste fidèle à son héritage pour notre plus grand bonheur.

Pas de nouveautés majeures sous le capot. Tout comme sa version précédente, le CX-5 2022 peut recevoir :

  • un 2.0 L SKYACTIV-G (essence) de 165 ch
  • un 2.5 L SKYACTIV-G (essence) de 194 ch
  • un 2.2 L SKYACTIV-D (diesel) qui peut être décliné en deux niveaux de puissance (150 et 184 ch)

Notre modèle d’essai était équipé du bloc essence de 2.5 L et nous en ressortons avec un avis mitigé. En effet, les 194 ch (pour 258 Nm de couple) ne se sentent pas vraiment. On est souvent contraint de solliciter le moteur haut dans les tours, et là ça mouline. La boîte de vitesse automatique a un comportement et une sonorité semblable à une boîte CVT. C’est vraiment dommage car le CX-5 n’est pas très lourd (1530 kg) et très bien insonorisé. On aurait apprécié de profiter du silence à bord et de l’onctuosité de la « grosse » cylindrée de 2.5 L.

En adoptant une conduite normalement zen au cours des 700 km de notre essai, la consommation s’établit à 7,6 l/100 km. Une sobriété plutôt agréable pour un SUV de près de 200 ch.

Ce bilan mitigé ne doit pas occulter le travail colossal fait par Mazda sur le CX-5 2022 concernant l’agrément de conduite. Derrière le volant, le plaisir de conduire est remarquable. Les kilomètres se parcourent sans fatigue et avec plaisir. On prend sincèrement beaucoup de plaisir à conduire ce nouveau Mazda CX-5 à condition d’adopter une conduite cool. En effet, malgré la livrée « sportive » de notre modèle d’essai, le dynamisme n’est pas vraiment son fort.

D’ailleurs, Mazda est bien conscient que son CX-5 aime être conduit car la conduite semi-autonome de niveau 2 fonctionne parfaitement bien … mais se désactive au-delà de 50 km/h. Idéal pour les bouchons.

Au chapitre de la conduite, nous sommes donc partagé entre un agrément et une expérience de conduite très sympa et un comportement moteur-boîte qui nous a déçu.

On aime

  • design
  • positionnement tarifaire
  • rapport prix/équipement
  • agrément de conduite
  • finition (qualités des matériaux et des assemblages)
  • volume du coffre
  • volume du réservoir (58 litres)

On regrette

  • les 194 ch qui semblent ne pas tous être là
  • sonorité et comportement de la boîte automatique
  • (trop) peu de changements par rapport à la version précédente

Modèle essayé

Mazda CX-5 2022 Homura 2.5 L SKYACTIV-G (194 ch) BVA 4×2

43 200 € + 950 € (coloris Soul Red Crystal) + 1000 € (pack Homura Plus) = 45 150 € TTC (hors bonus/malus)

Concurrence

Volvo XC60 B4 (diesel micro-hybride) à partir de 59 230 €

Alfa Romeo Stelvio 2.0 L (essence) Q4 à partir de 53 600 €

Volkswagen Tiguan 1.5 TSI (150 ch) DSG7 à partir de 42 660 €

La Mazda CX-5 2022 sur le banc

Avec le CX-5 Mazda propose une version restylée de son SUV familial qui concentre beaucoup de qualité. Il est d'abord très séduisant et très bien fini. Ça saute aux yeux dès qu'on le voit ! C'est un SUV avec d'excellentes aptitudes routières qui propose aussi un très bon rapport prix/équipement. Sa gamme qui démarre à 32 200 € et va jusqu'à 49 400 €, ce qui est un très bon positionnement par rapport à la concurrence. En revanche, ce CX-5 2022 souffre d'une dotation technologique un peu en retrait face à la concurrence et sa motorisation alléchante sur le papier ne procure pas les sensations espérées. Au bilan, le Mazda CX-5 2022 est un excellent outsider sur ce segment qui termine sa carrière avec rigueur mais sans détonner.

  • Design
  • Ambiance à bord
  • Conduite & motorisation
  • Prix
User Rating: 3.2 ( 5 Votes )

2 Comments

  1. Berticht Reply

    Merci pour ce retour, j’ai testé cette semaine le 2.0 essence et j’ai déjà eu de très bonnes impressions d’autant que je n’ai pas une conduite sportive : confortable et peu bruyante. Et puis ce look… Je pense donc franchir le pas avec cette version.
    Par contre à cause des pénuries de composants, Mazda supprime temporairement les hayons électriques. 🙁

    1. Eric Post author Reply

      Intéressant ce que vous nous dites sur les pénuries de composants car avant de débuter notre essai, nous avons demandé à Mazda France si des difficultés de production ou de logistique étaient à craindre. Mazda France nous avait confirmé qu’ils avaient fait le nécessaire depuis plusieurs mois et qu’aujourd’hui il n’avait aucune difficulté particulière. Mazda France nous avait même précisé que le délai de livraison d’un CX-5 neuf sur commande (pas dispo en stock) était de 3 à 4 mois maximum.

Laisser un commentaire