May 16, 2022

Le « motorgate » : Renault, Nissan et Dacia dans la tourmente !

Après le scandale des moteurs diesel du groupe Volkswagen « truqués »  pour passer les tests antipollution, c’est au tour du groupe Renault-Nissan-Dacia de se retrouver confronter à une action en justice.

En effet, plusieurs automobilistes lancent aujourd’hui (mardi 11 janvier 2021) une action collective pour exiger que Renault reconnaisse le caractère défectueux de certains de ses moteurs. Il s’agit des blocs 1.2 TCe ou (DIG-T selon la marque) qui seraient responsables selon plusieurs plaignants d’une surconsommation d’huile, d’usure prématurée, voire de casse du moteur selon certains automobilistes.

Ce moteur a a été installé dans environ 400 000 voitures entre 2012 et 2016, puis a été définitivement abandonné en 2018.

Si un action est lancée aujourd’hui, l’affaire n’est pas nouvelle pour autant. En 2019, l’association UFC-Que Choisir alertait sur les dysfonctionnements de plusieurs moteurs des véhicules de la marque Renault. En plus des surconsommations d’huile, plusieurs conducteurs ont fait état de problèmes techniques allant de bruits suspects à l’arrêt soudain du véhicule en plein route. Le nombre d’automobilistes concernés est tellement important que l’affaire arrive jusqu’au ministère de la Transition écologique. Mais en novembre 2019, ce ministère estime qu’il n’y a pas lieu de rappeler tous les véhicules et Renault estime pouvoir traiter au cas par cas.

 

La justice va notamment devoir établir si oui ou non le groupe Renault-Nissan-Dacia avait connaissance d’un défaut de conception de ce moteur comme l’affirme les avocats des automobilistes.

De son côté, Renault ne s’est pas exprimé sur le fond mais a indique que plus de 90% des problèmes signalés ont été résolus.

 

 

Laisser un commentaire