December 08, 2021

Essai Audi Q4 e-tron – une bonne affaire ?

Le salon de la mobilité de Munich (qui remplace le salon de Francfort) vient de refermer ses portes, l’occasion idéale pour vous évoquer le SUV premium du moment : l’Audi Q4 e-tron. Prix, autonomie, qualité : on vous dit tout !

 

Design

Comme beaucoup de véhicules 100% électriques, ce qui saute aux yeux lorsque l’on regarde la silhouette du Q4 e-tron, ce sont les proportions. Des proportions mises en valeur d’abord par des grandes roues situées aux extrémités du véhicule et permettant des porte-à-faux très courts. On note ensuite des lignes très précises et qui renforcent la modernité du véhicule. On remarque également que ce SUV n’est pas très haut sur pattes : 4,59 m de long, 1,87 m de large et « seulement » 1,63 m de haut

En plus de l’esthétique, ce design est aussi au service de l’autonomie en offrant de bonnes performances aérodynamiques. Le Q4 e-tron génère un coefficient de traînée de seulement 0,28 ce qui augmente son efficience et son autonomie. Tout comme les soubassements lisses et l’entrée d’air froid contrôlable située sous l’imposante calandre « Singleframe » pleine, spécifique aux véhicules électriques de la marque aux anneaux. Tout ceci permet d’accroître l’autonomie de 20 à 25 km environ.

le Q4 e-tron intègre une signature lumineuse personnalisable. Les phares de la Q4 e-tron sont entièrement équipés de LED de série. En option, Audi propose également les phares Matrix LED. Grâce au système d’exploitation tactile MMI, le conducteur peut basculer à tout moment entre quatre signatures lumineuses numériques. Chacune d’entre elles génère son propre thème. Ça ne sert pas à grand chose, mais on adore. Et c’est typiquement Audi. Idem à l’arrière : la bande lumineuse et les blocs optiques diffusent des séquences lumineuses spécifiques à l’ouverture et à la fermeture de la voiture.

L’allure générale est donc dynamique et tonique. Un très bon point pour un SUV compact aux prétentions plus urbaines et routières que baroudeuses.

 

 

Ambiance à bord et infodivertissement

L’habitacle reprend aussi les codes stylistiques du design extérieur. L’intérieur est très géométrique, très épuré et aussi plutôt spacieux grâce à un empattement de 2,76 m qui bénéficie donc aux occupants. La longueur intérieure est en fait celle d’un SUV de la catégorie supérieure.

L’instrumentation se bord est très orientée vers le conducteur. Elle est composée d’un écran de 10,25 pouces derrière le volant : c’est le fameux « Audi virtual cockpit » et d’un écran centrale de 10,1 ou 11,6 pouces (en option). L’ensemble est très ergonomique et surtout très réactif. Quant à l’affichage tête haute en réalité augmentée c’est aussi une belle surprise, surtout si on utilise le guidage GPS du véhicule.

En revanche, comme toujours avec les allemandes, il y a beaucoup d’options et le système d’info-divertissement n’échappe pas à cette punition. Ainsi, si vous souhaitez bénéficier du planificateur d’itinéraire e-tron pour une planification intelligente des arrêts pour la recharge, il vous faudra opter pour le « MMI plus » ou le « MMI pro ».

Autre option sympa, le système audio haut de gamme Sonos, tout à fait indiqué pour ce type de véhicule. De base, un véhicule électrique ça ne fait pas de bruit, mais en plus Audi a chiadé l’aérodynamique et l’aéroacoustique de son Q4 e-tron, allant même jusqu’à mettre des bordures anti-turbulences sur le boitier de rétroviseur interne. On peut donc profiter d’un excellent son à haute et basse vitesse.

Tous les matériaux sont de très bonnes qualités y compris les matières dites « écolo » (recyclées et recyclables). Et comme toujours chez Audi, les assemblages sont impeccables.

Un petit mot concernant le volant : personnellement, je ne suis pas fan des surfaces tactiles qui, de mon point de vue, sont mal positionnées. On a tendance à les activer lorsque le tourne le volant. En revanche, le double-méplat du volant est très sympa, idéal pour donner renforcer le look futuriste de ce SUV 100% électrique.

Enfin, un petit coup d’œil dans le coffre : 520 litres de volume de chargement, c’est clairement dans la moyenne haute de la catégorie.

 

Conduite et motorisation

C’est LE point de toutes les attentions : l’au-to-no-mie !

Nous avons pris le volant du Q4 40 e-tron équipée d’une batterie de 77 kWh nets (82 kWh bruts). Le moteur électrique délivre 150 kW (204 ch) et 310 Nm de couple aux 4 roues sur notre modèle équipé du système quattro. Le 0-100 km/h prend 8,5 secondes et la vitesse de pointe est de 160 km/h. Selon le constructeur, une seule charge permet de parcourir 520 kilomètres (WLTP). Et Audi annonce une conso moyenne 19,0 à 17,3 kW aux 100 kilomètres.

De notre côté, nous avons constaté une conso moyenne de 16 kW/100 km en plein Paris, donc en dessous des valeurs annoncées. Entre 30 et 80 km/h on est dans la conso moyenne annoncées par Audi. En revanche, dès que l’on dépasse les 90 km/h, on est clairement au-dessus. Néanmoins, la conso électrique reste très bien optimisée : 21 kW/100 km à 110 km/h et 22,3 kW/100 à 130 km/h. Ceci est très certainement le fait d’un système de récupération d’énergie très efficace.

Au bilan, en fonction de votre environnement et de votre manière de conduire, il est tout à fait possible d’envisager un trajet de 350 à 400 km intégrant des portions d’autoroutes.

Nous avons également tester une recharge sur borne Ionity : il nous a fallu 31 minutes pour passer de 10 à 80% grâce à la capacité de charge de 125 kW. Nous avons simplement régler par CB sans aucun abonnement ou badge de charge et ça nous a coûté 24,80 €.

Pour le reste, la conduite se montre très agréable. Le très bon niveau d’insonorisation est particulièrement appréciable sur les « longs » trajets ou lors des appels. En ville, le rayon de braquage de 10,2 m est un allié précieux pour se faufiler en silence dans les rues parisiennes du Marais par exemple. Hors des villes, le centre de gravité bas et la bonne gestion de la prise de roulis éviterons à vos passagers d’avoir le mal de mer. En revanche, pas de miracle : le surpoids se ressent et en conduite dynamique, même si l’électronique fait un très bon boulot, le comportement est très sous-vireur.

 

 

Modèle essayé

Audi Q4 40 e-tron quattro (77 kWh nets – 520 km WLTP)

60 250 € hors option, 80 070 € avec options (hors bonus et aides)

 

Concurrence

Tesla Model Y (75 kWh – 507 km WLTP) Grande Autonomie, transmission intégrale (Dual Motor)

59 990 € hors options, bonus et aides

 

On aime

  • le design
  • la qualité de finitions et des matériaux
  • les volumes (habitabilité et coffre)
  • l’autonomie et la capacité de recharge

On regrette

  • le catalogue et le tarifs d’options
  • le prix

 

L'Audi Q4 e-tron sur le banc
7.5

L'Audi Q4 e-tron est un excellent précurseur de l'offensive électrique de la marque aux anneaux. Bien né, bien fini, correctement motorisé, la version Q4 40 e-tron, nous paraît être la plus homogène et la plus polyvalente. Malheureusement, une grosse ombre au tableau : la politique d'options de la marque. Comme toujours chez Audi les options sont nombreuses et chères, ça on le sait. Mais quand on ajoute à cela le surcoût inhérents à tout véhicule électrique, l'addition est très (trop ?) salée ! Attention donc à la concurrence qui va venir de toutes parts (Tesla Model Y, Mercedes EQB, ...).

  • Design8
  • Ambiance à bord8
  • Conduite & motorisation8
  • Prix6
User Rating: 4.3 ( 1 Votes )

Laisser un commentaire