December 08, 2021

Les voitures électriques bientôt moins chères que les thermiques : vrai ou faux ?

Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous s’interroge sur l’achat d’une voiture électrique. Et aujourd’hui avant un tel achat concrètement que fait-on ? On sort nos calculatrices ou nos tableaux Excel et on calcule. Le bonus écologique, la rentabilité, le coût de l’essence, le coût de électricité à domicile, le coût des recharges, … et tout cela pourquoi ? Pour savoir si le surcoût d’un véhicule électrique est économiquement pertinent et raisonnable.

 

Imaginez maintenant que tout ceci ne soit qu’un mauvais souvenir ! C’est en tout cas ce que nous annonce l’ONG écologiste Transport & Environnement (T & E), dont nous vous avons déjà parlé il y a quelques semaines. Cette ONG a dévoilé un nouveau rapport intégrant une étude réalisée par BloombergNEF. Cette étude prédit pour l’Europe :

  • une parité des prix à l’horizon 2025-2027 selon le type de véhicule (SUV et berlines des segments C et D dès 2026)
  • une inversion des prix dès 2030 en faveur de l’électrique

Tout ceci sans prendre en considération des aides gouvernementales effectives ou supposées.

Mieux ! Selon ce rapport, si l’Europe et les pays qui la compose se dotent de politiques d’incitations efficaces, les ventes de véhicules full-électrique pourraient représenter 100% des ventes. Et le transport routier pourrait être complètement décarboné en 2050 !

 

 

Mais peut-on y croire sérieusement ?

 

L’analyse d’Autoday est que cette étude annonce un avenir réaliste et réalisable. Pourquoi ?

Pour comprendre cette étude, il faut revenir à la source : la production des batteries. Aujourd’hui, les batteries des voitures électriques connaissent une mutation fondamentale : leur composition. Les « terres rares » au coût très élevé qui étaient largement employés dans la constitution des batteries entrent aujourd’hui de moins en moins dans la composition des batteries de dernières générations.

Ce changement de composition permet de faire baisser de manière substantielle le coût des batteries car elles utilisent aujourd’hui des composants plus abondants donc plus abordables. Résultat, entre 2010 et 2020, le prix moyen d’un pack de batteries a baissé de 89% !

Nous sommes (quasiment) arrivé à un coût de production de 100$/kWh. Et l’étude annonce que, si les progrès en R&D sur les batteries se poursuivent, le prix moyen d’un pack de batteries en 2030 tomberait à 58$/kWh.

Alors oui, les véhicules électriques seront très prochainement aussi chers puis moins chers que les véhicules thermiques du même segment. Mais un véhicule électrique ne se résume pas à ses batteries. Donc la baisse de prix des voitures, ne va pas être tout à fait corréler à celle des batteries. L’étude nous indique qu’en 2030, le prix moyen d’un véhicule électrique ayant une autonomie de 400 km (c’est à dire, une berline compacte) sera 18% moins élevé que son équivalent électrique.

 

Mais au-delà du prix, les gouvernements devront mettre en place une politique beaucoup plus volontariste et efficace pour densifier le réseau des infrastructures de recharge. Aujourd’hui, pour les voitures électriques le surcoût est tout autant dissuasif que la difficulté à se recharger. Les réseaux sociaux et Youtube sont pleins de commentaires d’automobilistes ayant connus des sueurs froides au mieux ou une panne au pire à cause de l’extraordinaire difficulté à faire le plein d’électrons.

 

L’intégralité de l’étude de BloombergNEF, passionnante (mais en anglais), est à retrouver en intégralité sur le site de l’ONG Transport & Environment.

Il y a également un résumé de cette étude disponible ICI (21 pages seulement, en anglais également).

Laisser un commentaire