April 21, 2021

Essai Ford Puma – que vaut vraiment le SUV de l’année ?

Le Ford Puma c’est ce SUV qui commence sérieusement à chahuter les ténors sur ce segment hyper concurrentiel que sont le Renault Captur ou le Peugeot 2008. Et non content de s’attaquer aux favoris, il semble qu’il a également envie de croquer les challengers comme le Nissan Juke, le Seat Arona, le VW T-Cross ou le Fiat 500X.

Et cerise sur le gâteau, le SUV lancé par Ford au début de l’année 2020 a mis à peine 1 an pour se créer une belle collection de trophées  :

  • « SUV urbain de référence » selon La Revue Automobile ;
  • « SUV Compact Business » par Kilomètres Entreprises (une revue professionnelle plutôt spécialisée dans les flottes commerciales) ;
  • et surtout « SUV de l’année 2021″ selon l’Argus.

Avec un tel palmarès, notre curiosité était trop grande, alors on a nous aussi passé le Puma sur le grill en choisissant une version plutôt d’entrée de gamme : le Puma Titanium équipé du 1.0 EcoBoost de 125 ch avec une hybridation légère (MHEV) et la boite de vitesse manuelle à 6 rapports.

Design

Ford n’a pas loupé le dessin de son Puma. Le design séduisant donne à voir une carrure athlétique et plutôt en rondeur. Les phares LED s’inspirent de ceux de la Ford GT et les ailes sont bien marquées. Ses ailes bodybuildées et ces passages de roue plus larges soulignent son empattement de 2,59, donc dans la moyenne mais qui semble supérieur grâce à ses artifices de design (le Puma mesure 4,19 m de long).

La chute de pavillon est également bien marqué avec des éléments de carrosserie larges qui lui donne un petit côté « fastback ». A l’arrière, pas de fausse note non plus, les proportions surfaces vitrées/carrosseries renforce l’impression de dynamisme et les optiques sont réussies.

L’ensemble est donc plus sportif qu’un Captur par exemple ou qu’un 2008. En revanche, la peinture métallisée « blanc Metropolis » de notre modèle d’essai ne met clairement pas en valeur le design de ce Ford Puma. Rassurez-vous, le nuancier du Puma n’est pas pléthorique mais propose des couleurs bien plus flatteuses que la notre.

Ambiance à bord & infodivertissement

Le Puma propose un habitacle très bien équipé, plutôt sobre mais avec quelques touches de fun. Par exemple, j’ai adoré les éléments en tissu surpiqués façon jean sur les portières. Malin et plutôt quali’ ! Pour le reste les matériaux sont de bonne qualité et les assemblages sont correctes. En revanche, ce qui surprend c’est le niveau d’équipement disponible sur notre version d’entrée de gamme.

En effet, dès la version Titanium, le Puma reçoit de série l’allumage automatique des phares, les projecteurs automatiques, le pare-brise acoustique, les rétroviseurs dégivrant et rabattables électriquement, la climatisation manuelle, la banquette 60/40, les sièges avant massants (oui oui les deux sièges avants, pas que celui du conducteur, et en plus ils massent vraiment bien), la recharge du téléphone par induction, un système multimédia avec écran tactile 8 pouces avec navigation, les feux de route intelligents (commutation automatique en feux de croisement), les 4 vitres électriques, les jantes alliage 17 pouces, la reconnaissance des panneaux de signalisation, le régulateur/limiteur de vitesse, l’alerte de franchissement de ligne, l’aide au maintien dans la voie, 6 airbags et l’aide au stationnement arrière.

Franchement, c’est plus que bien.

Et si l’on jette un coup d’œil au coffre, on découvre une excellente surprise, ou plutôt 456 bonnes surprises comme le nombre de litres de chargement possible. Cette capacité de 456 litres est atteinte grâce à la Megabox : un compartiment sous le plancher du coffre qui offre 80 litres (76,3 cm de large, 75,2 cm de long et 30,5 cm de profondeur). Moi qui suit golfeur, c’est juste le paradis car la Megabox peut accueillir 2 sacs de golf debout. Mais si vous n’êtes pas golfeur vous pouvez y mettre sans problème une valise cabine + une sacoche d’ordinateur portable par exemple. Oui si vous avez une fille qui ne peut pas se déplacer sans sa gigantesque peluche licorne de plus d’un mètre de haut, vous pourrez sans problème la bourrer dans la MegaBox … Oui ça sent le vécu !!

Conduite & motorisation

Notre Puma d’essai était équipé du 3 cylindres essence de de 1.0 litre qui développe 125 ch. Il est aidé par un alterno-démarreur 11.5 kW et une batterie 48V. La batterie se recharge lors des phases de décélération et de freinage, pour ensuite fournir une assistance électrique lors des accélérations et réduire la consommation de carburant. Et à la manière de ce que l’on avait constaté sur la Suzuki Swift Sport, ça marche très bien ! Sur les 250 km de notre parcours d’essai mêlant 1/3 de ville, 1/3 de routes secondaires et 1/3 de voies rapides (limitées à 110 ou 130 km/h) notre consommation moyenne s’établit à 5,6 l/100 km. Il n’y a qu’en ville, en plein Paris, où nous avons signé un 6.1 l/100 km.

Le Puma est donc sobre comme un chameau, et le « rugissement » (toutes proportions gardées) de son 3 cylindres est plutôt agréable.

Les 125 ch sont largement suffisants pour emmener les 1 280 kg de ce Puma, et sa conduite est agréable. En revanche, les suspensions au réglage un peu ferme peuvent s’avérer désagréables sur les chaussées dégradées et invitent au freinage avant de franchir des ralentisseurs.

Seule ombre au tableau de la conduite : la boite de vitesse manuelle que l’on vous déconseille. Elle n’est pas mauvaise, elle n’a pas de défauts intrinsèques : elle n’accroche pas, les passages de rapports sont fluides et son usage n’est pas désagréable. Mais selon nous, elle ne s’accorde pas avec la philosophie très polyvalente de ce Puma en version Titanium qui sait tout faire : de la ville, de la route, voire des longs trajets. Le choix d’une boîte méca est selon nous à réserver à la finition ST.

Modèle essayé

Ford Puma Titanium 1.0 EcoBoost 125 ch MHEV BVM6

22 900 € + 5 150 € d’option = 28 050 € (hors bonus/malus et aides gouvernementales éventuelles)

Concurrence :

En considérant le prix du modèle de base hors options, le Puma s’avère particulièrement compétitif sur le plan tarifaire. Ainsi, pour le Peugeot 2008, il faudra aller chercher la finition Allure équipée du PureTech 130 avec BVM6 : 25 800 € soit près de 3000 € de plus que le Puma.

Chez Renault, l’adversaire de ce Puma pourrait être le Captur en finit Intens et son TCE 100 ch auquel il faut ajouter quelques options pour les rendre comparable. Le Captur est moins puissant et plus cher (25 600 €) mais il offre une bi-carburation essence + GPL qui peut à (long) terme compenser le surcout.

On aime :

  • le design
  • la sobriété
  • le rapport prix/équipement
  • le comportement routier
  • le volume du coffre (et sa MegaBox)

On regrette :

  • l’habitabilité aux places arrières
  • le fermeté des suspensions
Le Ford Puma Titanium MHEV 125 ch sur le banc

Les trophées amassés par ce Ford Puma sont parfaitement justifiés. Ford frappe très fort sur un segment pourtant très disputé, grâce à un SUV convaincant, abordable, très bien équipé et tout aussi bien motorisé. Une réussite ce Puma !

  • Design
  • Ambiance à bord
  • Conduite
  • Prix
User Rating: 2.9 ( 7 Votes )

Laisser un commentaire