May 25, 2020

Essai Audi Q8 50 TDI – Le meilleur SUV Coupé au monde ?

Le choix d’un modèle comporte souvent son lot de dilemme et surtout de compromis. Avoir le confort et le luxe d’une berline coupé au format SUV c’est possible, c’est en tout cas la promesse d’Audi avec ce Q8 qui ne ressemble à aucun autre véhicule de la marque.

Ce modèle est une véritable vitrine technologique pour la marque, difficile de cerner toutes les technologies qu’elle embarque en quelques jours. Nous avons eu la chance d’avoir la voiture pendant une petite dizaine de jours pour vous donner un avis le plus complet possible.

 

Design

Je l’ai dis juste avant, ce Q8 ne ressemble à aucune autre Audi puisqu’ici la firme d’Ingolstadt s’attaque méchamment au segment des SUV coupé. Pas trop tôt me direz vous, là où la concurrence est largement présente depuis un moment. Je pense évidemment au BMW X6 et Mercedes GLE Coupé qui dominent ce segment depuis de nombreuses années. Nous étions beaucoup à attendre la réponse d’Audi et on peut dire que cette attente a été récompensée au vu du design époustouflant de ce Q8.

 

Il est tout en muscles, il fait tourner les têtes, la première fois qu’on aperçoit ses lignes, on reconnait bien la nouvelle calandre Singleframe Audi mais le gabarit surprend. Oui c’est un gros bébé avec ses 5m de long et 2m de large avec une hauteur de 1,70m. L’équilibre entre sportivité et sobriété a été encore une fois savamment dosé, cette finition extérieure Sline lui donne de sérieux attributs sportifs sans en faire un véhicule « Too Much ». Je suis littéralement tombé sous le charme de ses grandes jantes de 22 pouces ennemis jurée des parking et trottoirs.

Le must reste la signature lumineuse à l’ouverture et fermeture de la voiture où une cinématique se met en route avec une animation de LED, le résultat est canon.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Signature lumineuse dynamique by #Audi sur #Q8

Une publication partagée par Autoday (@autoday_fr) le

 

Il suffit que quelqu’un observe la voiture au même moment et l’effet wahou est là (j’ai eu le cas plusieurs fois, ce qui aiguise fortement la curiosité des passants.

Ses suspensions pneumatiques pilotés permettent de lui donné presque deux personnalités différentes. En mode dynamic, la voiture est au plus bas ce qui lui donne une allure sportive. En revanche le mode offroad la monte au maximum pour lui permettre d’emprunter des sentiers, je n’ai pas osé tester ses capacités de franchissements pour être honnête.

 

Ambiance à bord et infodivertissement

Nous allons pouvoir attaquer le vif du sujet, comme vous le savez la technologie chez Audi est une religion, le constructeur arrive à chaque nouveau modèle à nous proposer des innovations.

Ici nous allons parler d’infodivertissement, c’est une des raisons pour laquelle j’ai demandé à Audi France l’essai de ce modèle car il est le premier à embarquer leur nouvelle base d’infotainement. Nous avons le Virtual Cockpit 2.0 (Ecran de 12,3″) que j’avais découvert pour la première fois sur l’Audi TT en 2015 où la définition a été bien améliorée mais le plus impressionnant reste cette nouvelle version MMI de la console centrale presque complètement digital avec deux grands écrans (Un de 10,1 pouces pour la partie infodivertissement et un plus petit de 8,6 pouces pour le chauffage, ventilation et les fonctions de confort). Oubliez les molettes pour régler la climatisation. Audi a réduit à sa plus simple expression ces commandes et on peut dire que c’est bluffant d’efficacité, on a tout sous la main ou plutôt sous le doigt avec une réactivité sans faille. On peut régler très rapidement la température pour les 4 zones de la voiture avec également la climatisation des sièges avant et même activer le chauffage des sièges arrières, quelle luxe !

Nouveauté par rapport à l’ancienne version du MMI on peut dessiner avec le doigt les lettres les unes après les autres pour écrire le nom de la destination là où avant on devait écrire lettre par lettre.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Belle évolution avec le MMI Navigation Plus. #audi #q8 #mmi

Une publication partagée par Autoday (@autoday_fr) le


Elle est évidemment équipé d’Apple CarPlay et Android Auto, étant chez Apple j’ai utilisé exclusivement CarPlay qui dispense et surtout dissuade d’utiliser son téléphone au volant. Lorsque vous arrivez dans la voiture, vous branchez votre iPhone comme vous le ferez dans n’importe quelle voiture pour le charger et vous le poser dans un coin. A ce moment là vous retrouvez à peu de choses près l’écran de votre iPhone déporté sur le grand écran de 10,1 pouces, cela vous permet :

  • Avoir Waze en plein écran avec une lecture plus confortable que sur l’écran du smartphone
  • Spotify avec une navigation plus adaptée à la conduite
  • Lecture à la voix des SMS reçu pendant que vous conduisez avec la possibilité de répondre en dictée vocale

Je n’ai pas pu le tester car la voiture n’avait pas la fonctionnalité d’activé mais il est possible d’utiliser son smartphone comme clé digitale pour 4 personne ce qui est par contre uniquement possible sur smartphone Android.

Côté ambiance à bord, les finitions sont très difficilement critiquables, tout est ajusté au mm, le fait d’avoir des écrans partout offre un intérieur très épuré. Ma version d’essai était équipé d’un savant mélange de bois foncé, aluminum et inserts noir laqué.

Une fois la nuit tombé, il est possible de personnaliser l’éclairage de l’intérieur parmi une très large palette de couleur, de quoi faire une ambiance de conduite vraiment sympa.

 

Conduite et motorisation

Après vous avoir raconté l’intérieur, on va passé au chapitre le plus intéressant car une voiture c’est quand même fait pour rouler.

Comme je vous l’ai précisé j’ai l’occasion d’avoir cette voiture sur un format un peu plus long qu’à l’habitude ce qui m’a permis de faire un peu plus de 1000km donc je vais pouvoir vous raconter mon expérience sur les différents profils de routes que j’ai pu emprunter (Autoroute, national, petites routes et ville).

Mon modèle d’essai était équipé du bloc V6 diesel biturbo de 286ch épaulé par une boite tiptronic à 8 vitesses. Comme de plus en plus de modèle de nos jours, ce modèle est équipé d’une hybridation légère MHEV (mild-hybrid electric vehicle) de 48V. Pour faire simple, ce compresseur électrique fournit l’air dont le moteur a besoin pour la combustion. Ainsi le TDI produit instantanément plus de puissance et de couple et donc suffisamment de gaz d’échappement pour alimenter le turbocompresseur. Au volant, le ressenti est bluffant : peu importe le régime moteur, le turbocompresseur est toujours disponible et sans latence. La promesse de ce dispositif a également pour vocation de vous faire gagner un peu en consommation mais de ce côté là il faudrait comparer à un modèle sans hybridation donc je ne pourrais pas me prononcer sur le sujet. Cela permet également de réduire le prix de la carte grise car le véhicule est considéré comme hybride.

Les premiers km à son volant ont été en ville, ce n’est clairement pas son terrain de jeu favori d’autant plus que son gabarit lui interdira les parking souterrain à cause de ses mensurations. Par ailleurs, le stationnement en ville n’en sera pas un cauchemar à condition de trouver une place assez grande pour recevoir la voiture. Elle dispose de roues arrières directrices qui permettront d’améliorer son angle de braquage donc son agilité.

La consommation reste excessive en milieu urbain à cause de son poids qui frôle les 2200kg donc nous n’allons pas nous éterniser sur la ville.

En revanche, une fois sortie du tumulte parisien, les grands axes semblent être son terrain de jeu favoris.

J’ai enfin pu commencer à « jouer » avec les différents modes de conduites :

  • Efficiency : Pour consommer le moins d’énergie/carburant possible (clim en mode éco, hauteur de caisse réajustée, rapports de boite et roue libre lorsque les conditions le permettent)
  • Confort : comme son nom l’indique c’est le mode qui est censé vous offrir le plus de confort de conduite, amortissement de caisse ajusté en conséquence.
  • Auto : En fonction de votre conduite, la voiture sélectionnera automatiquement le mode qui semble le plus proche de votre conduite.
  • Dynamic : Le mode de conduite quand vous souhaitez taquiner la voiture, autant vous dire que sur ce genre de voiture cela ne donne rien de très fun mais cela reste intéressant sur petites routes, le gros bébé de défend pas mal.
  • Individual : Le mode idéal si vous voulez vous faire votre mode à la carte, avec par exemple le moteur en mode confort mais la suspension et la direction raide en mode Dynamic.

Ces modes sont accessibles depuis un bouton situé sur la console central ce qui permet de switcher assez rapidement et simplement.

 

Sur autoroute j’ai sélectionné le mode individual pour permettre de mettre tout en efficiency sauf la suspension que j’ai mis au plus bas pour offre le meilleur aérodynamisme possible.

Difficile de mettre des mots pour définir le confort à son bord sur ce type de route, la voiture est équipé de vitres double-vitrage (oui c’est possible sur une voiture). Je vous laisse imaginer le silence dans la voiture à 130 km/h en 8e vitesse à 2000 trs/min, c’est simple on entend juste le bruit des pneumatiques sur le bitume. En complément j’ai actionné la commande massage sur mon siège et là je peux vous dire que vous êtes prêts à enchainer n’importe quel type de trajet, la fatigue ne s’en fera presque pas ressentir.

L’affichage tête haute comporte toutes les informations nécessaire pour vous éviter de quitter la route des yeux, particulièrement utile sur autoroute.

J’ai réalisé ce trajet de nuit, l’éclairage Matrix LED est une dinguerie, il faudrait que je vous fasse un article dédié pour vous raconter cet expérience car il faut vraiment le vivre c’est impressionnant. Pour faire simple on est en plein phare tout le temps sans l’inconvénient d’éblouir les usagers en face car cette technologie est capable de capter la position du faisceau des autres automobilistes et donc de désactiver des LED dans le phare pour ne pas éblouir la personne en face.

C’est le genre de voiture qui est taillé pour avaler de longues distances elle ne demande que ça et cela se ressent sur sa consommation modérée, j’ai relevé 7,5l/100km ce qui me semble correct pour ce genre de voiture.

Mon modèle d’essai était équipée en option d’une caméra à vision nocturne, pas vraiment utile sur autoroute, en revanche elle s’avère particulièrement efficace sur les petites routes de nuit. Elle est capable de détecter la chaleur d’un animal sur le bord de la route que vous n’aurez pas vu et donc d’anticiper un freinage d’urgence si l’animal décide de couper votre trajectoire. (option à 2480€).

Côté aide à la conduite, elle est évidemment à la pointe avec tout ce que l’on peut attendre d’une voiture maintenant avec maintien dans la voie, front assist qui va anticiper un freinage d’urgence si elle détecte que vous arrivez un peu vite sur un obstacle. J’avoue avoir énormément utilisé le régulateur adaptatif, vous réglez votre vitesse et la distance avec la voiture devant et c’est tout, la voiture gère votre vitesse, votre freinage, on a juste à rester focus sur la direction, c’est diablement efficace.

Il faut cependant anticiper assez tôt les changements de voie lorsque vous avez par exemple un poids lourd sur votre voie, il faut changer de file rapidement sinon la voiture va détecter le poids lourd au loin et donc amorcer un freinage. Ce qui au final se révèle un freinage inutile puisque ce n’est pas un danger et il suffit que cela se passe en monter, vous allez devoir bruler du carburant pour rien.

Et sur route ?

On prend la même et on recommence, à quelques détails près.

Le prédictive sense est capable de donner des informations à la voiture sur les prochains virages et donc d’agir sur le régulateur pour vous demander de lever le pied. Encore une fois malgré le poids de la voiture, le moteur répond présent à la moindre sollicitations, j’avoue avoir perdu la boite de vitesses à plusieurs reprises. Sur les phases de retrogradage, les accoups sont assez présents et les relances ne se font pas toujours de manière fluide mais il ne faut pas oublier qu’on est ici sur un génération de BVA Tiptronic donc simple embrayage.

 

Un grand merci à Audi France pour nous avoir prêté ce modèle et de leur confiance durant cet essai.

Modèle essayé

Audi Q8 50 TDI 286ch Quattro Tiptronic Avus Extended

Prix de base = 102 210 € TTC

Prix avec option = 123 160 € TTC

 

On aime

  • Le look de « prototype »
  • Les finitions toujours au top
  • Les technologies embarquées
  • Le confort de conduite
  • Ses qualités de routière

 

On regrette

  • de devoir la rendre
  • Le gabarit parfois incompatible avec une utilisation urbaine
L'Audi Q8 sur le banc

L'Audi Q8 signe un quasi sans faute, c'est une voiture, qui, au premier abord impressionne, elle en impose. Une fois à bord, la qualité des matériaux et l'assemblage ne déçoit pas. Encore une fois, la firme allemande nous propose une voiture doté d'une excellente finition couplé à tout ce qui se fait de mieux en technologie embarqué, Bravo Audi !

  • Design
  • Ambiance à bord
  • Conduite
  • Prix
User Rating: 0 ( 0 Votes )

Fondateur et Rédacteur en Chef AutoDay.fr

Laisser un commentaire

Instagram