August 03, 2020

Premier Contact VW Nouvelle Passat – Et si les breaks n’étaient pas morts ?

Derrière ce titre racoleur, c’est une vraie question que l’on se pose, que je me pose. Le marché des SUV rencontre un succès phénoménales depuis pas mal d’années et laisse à penser qu’il ne laisse qu’une maire part du marché aux autres segments.

J’ai eu la chance d’être convié par Volkswagen pour les essais de la nouvelle Passat, en version berline et break en Normandie et plus précisément dans la région d’Etretat.

Chose intéressant sur ces essais, c’est que nous avions à disposition plusieurs déclinaisons de cette nouvelle Passat sur des finitions différentes.

Design

On prend les mêmes et on recommence ? La Passat arrive à passer les années sans prendre une ride, certes, la prise de risque est très limitée. Pas de gros changements à l’horizon, principalement des évolutions au niveau des optiques et à l’intérieur.

Ambiance à bord & infotainment

A l’intérieur, il faut noter une évolution, technologique de prime abord avec un nouveau compteur numérique et un grand écran central pour l’infotainement complètement tactile. Pour le reste c’est très (trop?) discret, les plus observateurs noteront que Volkswagen a remplacé la montre qui a été longtemps là par le bouton du Warning avec la mention « Passat » au dessus. Certains diront que la montre faisait trop old school, d’autres la regretteront. Cela reste un détail, qui, selon moi n’a pas grand intérêt dans une voiture.

Deux clichés qui vous permettront de voir rapidement les différences:

A gauche c’est l’intérieur de la Passat SW de 2016 issu de l’essai et à droite évidemment la nouvelle Passat

Vous noterez donc que les modifications sont minces, une mention spéciale à l’intérieur de mon modèle d’essai Alltrack blanc cassé très beau.

Conduite & motorisation

Lors de ce premier contact, j’ai pris le volant de deux modèles :

  • Passat SW fintion R-line, 2.0 TDI 150ch DSG7
  • Passat SW Alltrack 2.0 TDI 190ch 4Motion DSG7

Naturellement attiré par les lignes du break, en revanche j’ai plus de mal avec la déclinaison berline.

J’ai commencé par prendre le volant le 1er jour de la version R-Line et de son joli bleu Lapis. Une fois sortie du tumulte parisien, régulateur adaptatif à 130 km/h et là, la Passat révèle tout son potentiel de grande routière. En effet on est très bien installé dans les sièges, la position de conduite est parfait pour avaler les kilomètres. La motorisation TDI de 150ch est volontaire, fait bien le job, couplé à une excellente boite DSG7 qui ne faillit jamais.

Il faut savoir que sur ce modèle, le choix des motorisations est restreint, une version essence 1.5 TSI de 150ch en BVM et BVA(le 190 est réservé à des finitions plus hautes), 2 versions diesel à savoir 1.6 TDI 120 uniquement en BVA et le 2.0 TDI 150 en BVM et BVA.

Deuxième jour, nous prenons le volant de sa variante tout chemin intitulé « Alltrack » superbement bien configurée il faut le préciser et vous pourrez d’ailleurs en juger sur les photos.

Ce coloris Vert Bottle Green (en option 660€) lui va merveilleusement bien, belle paire de jantes de 19 pouces Albertville (elle aussi en option à 1265€). Ça lui donne un petit look sportif malgré que ce modèle est évidemment plus pensé pour allez en dehors des routes bitumées. Je n’ai pas du tout testé ses aptitudes de franchissement et à vrai dire ne comptait pas là dessus, en revanche pour la comparer avec la finition R-Line de la veille on voit bien qu’elle bénéficie de protections pour les projections de cailloux.

A l’intérieur c’est tout aussi beau avec du joli cuir beige qui illumine complètement l’habitacle de cette Passat SW. En même temps nous sommes passés d’un intérieur sombre (Ciel de toit et cuir noir) à un intérieur beige avec toit panoramique, ça aide.

Niveau motorisation, on gagne 40ch mais surtout une transmission intégrale 4 Motion, et bien, comme dit mon père ça watt ! Malgré un poids qui dépasse les 1700kg, la voiture ne manque pas de réactivité, toujours couplé à la boite DSG c’est un vrai régal.

Petite inconvénient qui n’en est peut être pas un mais une seule et unique motorisation est proposée sur ce modèle « Alltrack ». Une motorisation essence aurait été appréciée.

Pour finir, une des raisons qui motiveront l’achat d’un break est indéniablement l’habitabilité intérieur et son coffre. Parlons en puisque ici vous avez une capacité de chargement de 650 litres, qui passe à 1650 litres un fois tous les sièges rabattus.

 

Tarifs

Au niveau tarif, la nouvelle Passat SW débute à 35.080€ avec la motorisation 1.5 TSI de 150Ch en BVM6. Concernant nos modèles essayés :

  • Nouvelle Passat SW R-line 2.0 TDI 150ch DSG7 : 45.300€ hors options
  • Nouvelle Passat SW Alltrack 2.0 TDI 190ch DSG7 4Motion : 50.130€ hors options

 

Merci à VW France pour nous avoir convié à ces essais.

 

Fondateur et Rédacteur en Chef AutoDay.fr

Laisser un commentaire