May 25, 2020

Essai Renault Mégane RS Red Bull Racing RB8 2013 – Une édition limitée convaincante

 

La Renault Mégane RS fait partie de la short list de mon garage de rêve, lors du lancement d’AutoDay j’ai voulu associer ce gros coup de cœur au tout premier essai qui fut celui de la Mégane RS « simple » sans châssis Cup mais si efficace.
Je retente (avec un gros smile) l’expérience MRS mais avec trois lettres magiques : RB8 comme certains l’appellent, sous ce nom de code se cache une sympathique déclinaison de la Mégane RS pour fêter la troisième victoire constructeurs en F1 de l’écurie RedBull Racing motorisée par Renault.
Un beau clin d’œil donc avec cette version spéciale RB8 qui fut produite à 821 exemplaires très exactement et qui n’est à ce jour plus en production, je louchais déjà lors du reveal, une fois la demande faite au parc presse Renault, il ne me restait plus qu’à attendre sagement le jour J.
Une fois l’essai validé, j’ai pu profiter de cette voiture le temps d’un weekend où il n’a pas fait très mauvais mais j’ai eu plus de chance que pour le premier essai, j’ai pu essayer cette diablesse sur terrain sec, récit.

Essai Mégane RS RB8

Design

A vrai dire Renault prêche déjà un convaincu en l’occurrence moi avec cette voiture, qui ne fait pas dans la dentelle dotée d’une face avant incisive, la lame F1 bien plongeante, ses feux de jours LED sur cette lame, ses feux bi Xénons directionnelle et puis le sigle RS quoi ! L’arrière est tout aussi beau, il n’est pas rare sur une voiture d’avoir une partie de la carrosserie que l’on adore et l’autre que l’on déteste, sans mentir sur la MRS, Renault fait un sans-faute j’ai du mal à trouver des traits disgracieux.

Bon OK je ne vais pas vous faire l’apologie de la bête si vous lisez mon premier essai pour devriez pouvoir tout y retrouver , je vais essayer de me concentrer sur ce qui change vraiment par rapport au modèle « classique ».
Pour commencer le coloris de cette livrée qui n’est disponible qu’en bleu crépuscule, certains ne juraient que par le jaune Sirius, je trouve que ça lui va pas mal, ce n’est pas ma couleur préférée mais ça lui donne une bonne allure.
Retroviseurs gris, jantes alliage de 19 pouces, étrier Brembo rouge, manque juste un petit liseret rouge sur les jantes, pot central proéminente, stickers par ci par là Redbull Racing, au niveau extérieur les changements sont très très faibles.
C’est une fois à l’intérieur que les changements se font moins discrets avec un premier détail qui n’en est pas un pour tout le monde : Les sièges baquets, Renault a enfin opté pour des Recaro Amen !
C’était une de mes grosses déceptions sur la MRS qui avait changé les Recaro de l’ancienne génération pour des sièges très très classiques et qui faisait pas très qualitatif. Après m’être remis de mes émotions, mes yeux se posent sur un nouvel équipement R-Link avec tout ce qui va bien au niveau électronique où j’ai pu enfin tester RS Monitor mais en version 2.0, chose que j’aborderai un peu plus bas.
Mise à part ces deux changements cités plus haut on a rien de neuf, volant gainé de cuir avec couture rouge, pommeau où le sigle Renault Sport a pris place du shcéma des rapports et à vrai dire on s’en fout de savoir comment on passe la marche arrière ce qui compte c’est de savoir où est la sixième vitesse.

Moteur

Sous le capot aucun changement apporté au 2.0L turbo de 265ch et à vrai dire on ne change pas une équipe qui gagne. Je n’ai pas grande chose à ajouter là-dessus c’est toujours aussi brutal, je n’ai jamais été aussi heureux de prendre des coups de pied au cul qu’au volant de cette brute qui ne demande qu’à accélérer. Les reprises sont franches et le train a de quoi coller de grand sourire mais aussi quelques sueurs, oui oui elle a des limites comme toutes les voitures la petite.
Le Start and Stop fait également son arrivée, avec le recul je ne sais pas si c’est super bon pour le turbo et je doute du gain en économie de carburant..
Je suis toujours autant déçu par le bruit de l’échappement, Renault Sport n’a pas vraiment bossé là-dessus c’est vraiment dommage, ils devraient prendre exemple du côté des copains de chez Abarth qui, niveau sonorité font très très fort.
Je serai d’avis de proposer en option une ligne d’échappement différente ou de mettre un clapet comme chez Audi ce qui permettrait en ville d’être discret et sur route après avoir appuyé sur le bouton magique de délivrer la sonorité

Ambiance à bord

Essai Mégane RS RB8

Grâce aux nouveaux baquets je revis, bien qu’il soit assez fin en tissu ils sont très agréables, niveau maintient il n’y a pas mieux bon en même temps Recaro on peut difficilement se tromper.
La partie console centrale est donc mise à jour avec du R-Link à bord, après la nouvelle Clio et le Captur c’est au tour de la Mégane de recevoir le système embarqué connecté avec il faut le souligner, l’application Coyote et ce n’est pas une honte quand on conduit ce type de voiture..
J’ai donc eu l’occasion de tester RS Monitor 2.0, pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler c’est une application de monitoring moteur assez poussé. Renault ne s’est pas limité de montrer le régime moteur et la vitesse en numérique c’est super complet, voici quelques exemples :

  • Charger des cartes de circuit
  • Exporter les données du véhicule
  • Affichage en temps réel  de différents paramètres comme le 0 à 100 km/h, le 0 à 400m, diagramme GG….

Pour les plus afficionados d’entre nous, ils pourront même exporter les données sur une clé usb pour les comparer les stats avec les potes.

Essai Mégane RS RB8
Avantages :
–    Look unique sur cette série limitée
–    Les Recaro bien évidemment
–    Equipé du fameux R-Link

Inconvénients :
–    Des places arrière plus grandes pour convaincre ma fiancée d’en acheter une ?
–    Intérêt du Start and Stop sur une telle voiture ?
–    La sonorité de l’échappement manque de caractère

Conclusion

Avec cette nouvelle mouture, Renault a saisi l’occasion de faire quelques modifications sur cette Mégane RS et bientôt la nouvelle mouture va arriver avec un léger Facelift lui permettant d’être plus cohérente avec le reste de la gamme. Pour moi cette Mégane RS RB8 est une bonne amélioration qui lui permet encore de gravir des échelons et en fait une voiture presque parfaite en tout cas niveau motorisation on ne peut que lui faire des éloges.

Je remercie une nouvelle fois Renault pour m’avoir permis de rêver encore le temps d’un weekend.

Tarifs

Lors de sa production, Renault avait annoncé un tarif de 36.000 € (environ 30.000€ d’occasion) pour cette série limitée.

[nggallery id=28]

 

 

Fondateur et Rédacteur en Chef AutoDay.fr

Laisser un commentaire

Instagram