December 08, 2019

Essai Nouveau Hyundai Sante Fe – la montée en gamme

Le nouveau Hyundai Santa Fe s’invite dans la cour des grands SUV familiaux. Le constructeur coréen ne devait pas le proposer sur le marché français, mais les normes antipollution ont permis à Hyundai de proposer une version diesel de son nouveau (gros) bébé dans l’hexagone.

D’ailleurs, en terme de construction de gamme, Hyundai a fait très simple puisque le nouveau Santa Fe n’est proposé qu’en une seule version : une motorisation, une transmission et une finition. Seule la peinture métallisée est en option.

Alors ce nouveau Hyndai Santa Fe, challenger crédible ou simple outsider ?

 

Design

Au premier coup d’œil, ce nouveau Santa Fe en impose. Silhouette statutaire, calandre XXL, feux avant full LED effilés. L’ensemble est très réussi, particulièrement avec la peinture « Stormy Blue » bleu marine métallisé de notre modèle d’essai qui accentue la prestance du véhicule.

Il faut dire que cette nouvelle génération du Santa Fe ne fait pas dans la demi-mesure puisqu’elle succède à la fois au précédent Santa Fe ainsi qu’au Grand Santa Fe qui, lui, est supprimé du catalogue de la marque.

Ce nouveau Santa Fe affiche une largeur de 1,89 m, ce qui est dans la moyenne du segment. En revanche, avec une longueur de 4,77 m, il est 13 cm plus long qu’un Peugeot 5008 et 8 cm plus long qu’un Skoda Kodiaq ou 7 cm plus long qu’un Volkwagen Tiguan Allspace.

Quand à l’empattement, même s’il a augmenté de 7 cm par rapport à la précédente génération du Santa Fe, il reste dans la fourchette basse avec 2,77 m. Le Tiguan Allspace et le Kodiaq font mieux avec 2,79 et surtout le Peugeot 5008 avec 2,84 m.

Quelques soit l’angle, c’est flatteur. De face, cette signature visuelle très élégante avec des blocs optiques séparés lui va à ravir. A l’arrière, la double sortie d’échappement et les feux dont le dessin n’est pas sans évoquer certaines marques allemandes s’intègrent très bien dans cette poupe sobre. De profil, on a à la fois une silhouette puissante et raffinée grâce à la ligne de toit soignée, et aux inserts de chrome au bas des portières et autour des vitres.

Les designers de Hyundai rendent donc une très bonne copie sur le plan du design.

 

 

Ambiance à bord et infotainment

Si l’augmentation de l’empattement par rapport à la précédente génération a bénéficié aux passagers, en revanche ils auront intérêt à voyager léger. Avec son volume de 547 litres, le coffre du nouveau Santa Fe est clairement dépositionné par rapport à ses concurrents. 700 litres pour le Tiguan Allspace, 765 litres pour le Skoda Kodiaq et 780 litres pour le Peugeot 5008. Dommage pour un SUV familial de ce gabarit.

En revanche, si l’on oublie le coffre et que l’on se concentre sur l’habitacle, on est proche du sans-faute. L’intérieur est baigné de lumière grâce à un toit ouvrant panoramique gigantesque. Les assises sont très confortables et les matériaux de bonnes qualités. L’assemblage et les finitions sont également au niveau de ses concurrents, même si l’instrumentation de bord sera moins « techno » qu’un 5008, un Kodiaq ou un Tiguan Allspace.

En revanche, à la manière du SUV tchèque, le nouveau Santa Fe embarque pas mal de petites astuces dédiées aux enfants. Par exemple, si les passagers cherchent à sortir du véhicule alors qu’un véhicule arrive, le Santa Fe va verrouiller les portières situés du côté dangereux pour que vous veniez ouvrir. Autre astuce : si vous vous rendez au supermarché avec votre bout de chou mais que vous l’oubliez par mégarde dans la voiture, le Santa Fe klaxonnera pour que vous reveniez le chercher. Personnellement, c’est la première fois que je voyais ce système « anti-oubli » et c’est une excellente idée que l’on devrait rendre obligatoire.

Pour le reste de la dotation technologique, l’essentiel y est mais pas de superflu. AppleCar Play et Android Auto sont présents bien-sûr, ainsi que les principales aides à la conduite, mais pas de mode de conduite semi-autonome. Une bonne surprise tout de même : le sound-system de très bonne qualité

Enfin, tous les fauteuils (sauf ceux de la 3e rangée) sont réglables électriquement, ce qui est assez rare chez un constructeur généraliste pour être souligné. Mieux, le conducteur dispose de commandes situées sur le côté gauche du siège du passager avant pour régler celui-ci quand bon lui semble.

Ce qui est aussi très pratique avec ces fauteuils électriques c’est l’accès à la 3e rangée. D’une simple pression sur un bouton, le fauteuil de la 2e rangée s’avance et s’incline pour permettre l’accès. Des passagers arrières qui bénéficieront en plus de leur propre climatisation indépendante.

 

Conduite et motorisation

L’unique moteur disponible est un 2.0 l de 185 ch associé à une boite de vitesse automatique à 8 rapports et à la transmission intégrale « maison » HTRAC (« H » pour Hyundai). Sur le papier, c’est nickel. En revanche, au volant, c’est bien mais pas exempt de reproches. En effet, les 400 Nm s’avèrent un peu juste pour combattre les 1965 kg du Santa Fe. Certes, à motorisations équivalentes, le 5008 et le Kodiaq par exemple affichent les mêmes valeurs de couples mais pour, respectivement 425 et 225 kg de moins. La conséquence est que ce Santa Fe a tendance à se montrer un peu glouton : en périurbain (nationale et autoroute), ma consommation s’est établie à 7,2l/100 km. En ville, je n’ai pas réussi à faire mieux que 10,7 l/100 km.

Dernier reproche, la boite de vitesse a un peu tendance à être débordée et « mouline » parfois lorsque vous lui demanderez des relances un peu franches.

En revanche, l’agrément de conduite est bel est bien là. Le nouveau Santa Fe vous place dans de très bonnes conditions pour avaler les kilomètres avec plaisir et sans fatigue. Le niveau d’insonorisation est très bon, même sur autoroute. L’amortissement et le toucher de route sont très agréables. Et les mouvements de caisse sont très bien contenus. C’est indéniable : Hyundai poursuit sa montée en gamme.

4 modes de conduite sont disponibles : Eco, Comfort, Sport et Smart. Ce dernier mode analyse la route, votre comportement et sélectionne parmi les 3 premiers modes celui le plus adapté à votre conduite. Comme son nom l’indique c’est malin.

Hors des sentiers battus, il se débrouille très bien. pour l’avoir emmener dans un champ par temps de pluie, je dois dire avoir été agréablement surpris : les ornières sont englouties et les reliefs du terrain lissés.

Enfin la vision tête haute en couleur associée à une tablette de 8 pouces très ergonomique et qui tombe parfaitement sous la main, se montrent idéale pour ne pas quitter la route des yeux tout en naviguant dans l’infotainment.

 

L’avis de la Maman

Lorsque je l’ai découvert j’ai vraiment eu un effet whaou. Les proportions imposantes, la couleur valorisante : elle est à la fois rassurante et chic.

L’intérieur très lumineux et quasi-premium m’a aussi beaucoup surpris. Je ne m’attendais pas à autant de qualité de la part de Hyundai. Au volant, malgré son gabarit, elle se montre très maniable. Les aides à la conduite et surtout la caméra 360° aident beaucoup. Quant à la conduite à proprement parler, là aussi c’était une très agréable surprise. La ville n’est pas son terrain de jeu, mais dès que l’on quitte les centres urbains, c’est vraiment un régal.

Enfin, la déception du coffre trop petit est vite effacée par la grande simplicité à passer de 5 à 7 places.

 

Modèle essayé

Hyundai Santa Fe 2.0 CRDi 185 ch AWD HTRAC BVA8

51 900 € hors option + 630 € d’option (peinture métallisée) = 52 530 €

 

Concurrence (SUV 7 places diesel de puissance équivalente) :

  • Peugeot 5008 GT BlueHDi 180 EAT8 = 45 950 € hors options, 50 380 € avec options pour modèle équivalent
  • Skoda Kodiaq Laurin & Klement 2.0 TDI 190 DSG7 4×4 = 50 360 € hors options
  • Volkswagen Tiguan Allspace 2.0 TDI 190 DSG7 4Motion Carat Exclusive = 51 680 € hors options

 

On aime

  • La qualité perçue et l’intérieur très bien fini
  • La dotation de série
  • Le confort et l’insonorisation
  • Les astuces techno
  • Aptitude tout chemin

On regrette

  • Le prix
  • Le volume du coffre
Le nouveau Hyundai Santa Fe sur le banc

Avec sa version 2019 du Santa Fe, Hyundai nous propose un véhicule bourré de qualités, mais avec aussi quelques défauts. La question est donc de savoir si ces défauts seront rédhibitoires pour vous ou pas. Et pour ça, le mieux c'est de le découvrir. Car c'est un SUV qui gagne a être connu : confortable, agréable à conduire et très habitable. Les progrès de Hyundai sont surprenants. En revanche, ils ont aussi un prix et le nouveau Santa Fe ne se brade pas et se positionne au même niveau que les références du segment des SUV 7 places (en considérant la très riche dotation de série).

  • Design
  • Ambiance à bord
  • Conduite
  • Prix
User Rating: 0 ( 0 Votes )

2 Comments

  1. iseeky Reply

    Bonjour, merci beaucoup pour votre présentation, nécessitant toutefois une rectification quant à l’absence de « mode de conduite semi-autonome », ainsi que quelques compléments pour éclairer d’éventuels futurs acquéreurs.

    En effet, pour l’avoir longuement testé, ce modèle dispose d’une série assez complète d’aides à la conduite :
    – régulateur de vitesse adaptatif intelligent (SCC) avec arrêt et redémarrage « Stop&Go » (assez surprenant à la première utilisation ; le réglage de la distance de sécurité souhaitée s’effectue au volant. Si besoin, la modification du degré de réactivité du régulateur adaptatif s’effectue depuis le menu),
    – assistance active au maintien de voie (LKA),
    – surveillance des angles morts avec assistance active au changement de voie (BCA),
    – freinage d’urgence autonome avec notamment la reconnaissance des piétons et cyclistes (FCA),
    – le tout associé à une reconnaissance des panneaux de limitation de vitesse (ISLW).

    L’absence d’aide au stationnement de type « park assist » est dommageable, mais heureusement comblée par l’excellente qualité du retour caméra avant/arrière. Ce dernier est associé sur la droite de l’écran à une vue 360°, issue de la combinaison de toutes les caméras. Activable à faible allure, la vue à 360° peut être un sérieux atout dans les passages étroits, urbains ou non.

    Enfin, la fonction « Auto Hold » sera salutaire aux réfractaires de la boîte automatique, en maintenant le frein jusqu’à ce que l’accélérateur soit actionné.

    Autres remarques :
    – Les phares à LED sont adaptatifs (éclairage dans les courbes selon l’inclinaison du volant) avec feux de route « intelligents » (anti-éblouissement des autres conducteurs), mais pas dynamiques (cloisonnement de l’éclairage et de l’intensité)
    – Les sièges sont chauffants (rangées 1 & 2) et climatisés (rangée 1),
    – La monte d’origine est en pneus d’été (Continental ContiSportContact 5, taille 235/55 R19 101V), au lieu de pneus 4 saisons,
    – Les fonctions connectées nécessitent l’appairage à un smartphone (pas d’intégration autonome Bluelink, ou Auto Link Premium via dongle ODB, donc pas de d’ouverture ou démarrage à distance possibles)

    Pour plus d’informations : https://carmanuals2.com/get/hyundai-santa-fe-2019-manuel-du-proprietaire-112409

    Cordialement

Laisser un commentaire

Instagram