November 17, 2019

Essai Jeep Trackhawk – puissance monstrueuse

Avez-vous fêter Halloween ? Pour ma part, je crois que je l’ai fêté de la plus belle des façons. Non pas en me déguisant en monstre, mais en prenant le volant d’un SUV qui vous hérisse le poil dès la moindre petite pression sur la pédale de droite : le Jeep Trackhawk

Comment est-ce possible ? Juste un chiffre : 707 chevaux ! Eh oui, ça fait peur !

 

Design

Le Jeep Grand Cherokee Trackhawk c’est une recette assez simple. Vous prenez un Grand Cherokee. Vous le confiez aux délires des motoristes de la marque US. Ces mêmes ingénieurs qui sont suffisamment dingues pour mettre un moteur de 717 bourrins dans une Dodge Challenger qui est … une propulsion.

Et vous savourez le résultat.

Extérieurement, les dimensions du Trackhawk ne diffèrent pas de celles des autres versions du Grand Cherokee. Mêmes hauteurs, mêmes largeurs que l’autre version essence (6,4 l V8 Hemi de 468 ch) et mêmes empattement. Si comme nous vous aimez la ligne du Grand Cherok’, vous ne serez pas déçu.

Les différences se trouvent dans une foule de détails du plus bel effet qui « dynamisent » radicalement ce Grand Cherokee pas comme les autres. Tout d’abord les ouïes sur le capot qui trahissent la puissance de ce qui se trouve en dessous. Ensuite, les jantes de 20 pouces couleur titane, qui mettent en exergue les étriers de freins Brembo jaunes. Enfin, un badge « Supercharged » sur les deux portes avant et un badge « Trackhawk » sur le hayon qui affichent avec discrétion la particularité de l’engin.

 

Ambiance à bord et infodivertissement

C’est la très bonne surprise : le Jeep Trackhawk est polyvalent. Docteur Jekyll et Mister Hyde. La puissance radicale de sa mécanique tranche avec l’ambiance de son habitacle. Le cuir est de très bonne qualité, les matériaux flatteurs et les assemblages n’ont vraiment plus rien à voir avec ce à quoi les américaines nous avaient habitué. Les fauteuils en cuir et daim Nappa arborent un logo « Trackhawk » brodé et offrent un excellent maintien. On se surprend à être très confortablement installé dans un SUV qui efface le 0 à 100 km/h en 3,7 secondes.

Au niveau de l’infodivertissement, tout y est et bien plus encore. L’écran central de 8,4 pouces permet un paramétrage particulièrement fin du véhicule : transmission, contrôle de la stabilité, suspension, direction. Rien n’est oublié.

Pour le reste de la dotation technologie c’est à l’image du Trackhawk : énorme ! Apple CarPlay et Android Auto sont présents et le système Harman Kardon de 825 watts et 19 hauts-parleurs vous permettra de profiter pleinement de la musique de votre smartphone.

Toujours au rayon techno, on compte pas moins de 65 dispositifs de sécurité et de sûreté. A citer également, un mode Valet qui permet la personnalisation et la sélection de l’utilisation du véhicule. Pratique si l’on doit prêter une bête de 707 ch et de 120 000 € à une personne en qui on a confiance … mais pas trop.

 

Conduite et motorisation

Lorsque l’on démarre un Jeep Trackhawk, on on entre dans le monde des superlatifs. Propulsé par le V8 de 6,2 litres suralimenté par un compresseur, développant 707 ch à 6 000 tr/min et un couple de 868 Nm, associé à la boîte automatique à huit rapports TorqueFlite, le Grand Cherokee Trackhawk offre des performances époustouflantes : une vitesse maximale de 289 km/h et une distance de freinage de 37 mètres pour passer de 100 à 0 km/h grâce à son surpuissant système de freinage Brembo.

Voilà, pour les chiffres, les performances. Mais il y a quelque chose d’unique, d’enivrant : le sifflement du compresseur diabolique et addictif qui gave ce V8.

Côté dynamisme, vous pourrez compter sur le système Selec-Track : vous aurez le choix parmi cinq modes de fonctionnement dynamiques associés à la suspension pilotée Bilstein. Là-aussi on retrouve les deux visages du Trackhawk. Confortable si l’on veut partir en vacances et sportif voire brutal sur circuit.

Enfin, on saluera la présence d’un mode ECO qui permet de diminuer la consommation en jouant sur le comportement moteur, la réponse de l’accélérateur et la transmission. Malin. En revanche, pas de miracle évidemment. Ma consommation moyenne s’établit à 17,8 l/100 km, et en mode éco j’ai pu descendre à 14,1 l/100 km.

 

On aime :

  • le moteur, le moteur et encore le moteur
  • le compresseur et sa mélodie envoutante
  • les attributs spécifiques et le design
  • le comportement et l’agrément de conduite
  • le rapport qualité/prix/puissance

 

On regrette :

  • le passage à la pompe (mais le plaisir est à ce prix)
  • rendre les clés

 

Modèle essayé

Jeep Grand Cherokee Trackhawk

121 800 € hors option +1250 € (peinture) = 123 050 € TTC avec option

 

Concurrence

Lamborghini Urus V8 4.0l 650 ch (850 Nm), à partir de 212 416 €

Le Jeep Trackhawk sur le banc

Le Jeep Grand Cherokee Trackhawk est unique. Il s'agit du SUV le plus puissant du marché mais, curieusement, il est presque moitié moins cher que son seul conccurrent en terme de puissance : le Lamborghini Urus. Certes l'italien propose un meilleur rapport poids puissance. Mais force est de constater que la marque américaine a frappé un énorme coup avec ce Trackhawk qui s'inscrit dans la lignée des SRT ... en bien mieux selon moi. les 60 exemplaires destinés au marché français sont tous vendus.

  • Design
  • Ambiance à bord
  • Conduite
  • Prix
User Rating: 0 ( 0 Votes )

Laisser un commentaire

Instagram