December 12, 2018

Premier contact Citroën Berlingo – 22 ans et toutes ses … qualités

Que faisiez-vous en 1996 ? Perso, je ne sais plus. Mais Citroën créait le segment des « ludospaces » en lançant le Berlingo.

22 ans plus tard, la 3e génération du Berlingo que nous présente la marque aux chevrons semble avoir conservé ses qualités (praticité et simplicité) tout en proposant plus de modularité et d’espace.

Impression ou réalité ? Notre première impression en quelques lignes.

 

Design

Oubliez le look de l’ancien Berlingo. Cette 3e génération du ludospace arbore un design qui reprend le langage stylistique des derniers modèles Citroën comme la C3 Aircross ou le C5 Aircross que nous vous avons présenté il y a quelques jours sur nos réseaux sociaux. On retrouve notamment la signature lumineuse à double étage et un dessin aux courbes douces, aux antipodes du « world-design » que l’on retrouve sur beaucoup (trop ?) de voitures.

Ces codes stylistiques donnent donc une nouvelle morphologie au Berlingo qui le rend plus robuste et plus imposant. La ceinture de caisse haute, les surfaces vitrées importantes et les Airbump (dont l’utilité est quasi-nulle) accentuent cette impression de robustesse.

A l’arrière, les feux verticaux évoquent quelque peu l’ancienne poupe de la précédente génération du Berlingo.

 

Enfin, et c’est une nouveauté, le nouveau Berlingo est disponible en 2 silhouettes : M et XL

La taille M, standard, mesure 4,40 m de long (2 cm de plus que la précédente génération). La version allongée, XL, mesure 4,75 m de long. Il est possible de configurer les 2 versions en 7 places, mais la version XL est clairement celle qui permet d’embarquer 7 passagers adultes (grâce à la hauteur du pavillon) avec leurs bagages.

Motorisations

Citroën a fait dans le simple et efficace

2 variantes du blocs essence 1.2 PureTech :

  • la version 110 ch associée à une boite mécanique à 6 rapports
  • la version 130 ch associée à la très bonne boite auto à 8 rapports EAT8 (dispo à partir du second semestre 2019)

 

3 variantes du blocs diesel 1.5 BlueHDI :

  • la version 75 ch avec une BVM 5 rapports (c’est clairement l’entrée de gamme pour afficher un prix d’appel au plus bas)
  • la version 100 ch avec une boite mécanique
  • la version 130 ch proposée avec la BVM 6 rapports ou l’EAT8

 

 

Conduite et ambiance à bord

A bord du Berlingo, la première chose que l’on ressent c’est l’impression d’espace grâce aux grand volume de l’habitacle et aux surfaces vitrées généreuses. Au volant, la position de conduite haute procure à la fois un sentiment de sécurité, mais aussi le sentiment d’être au volant d’un minibus.

En revanche, une fois en route, oubliez le comportement routier du minibus. L’insonorisation sur les moteurs essence comme diesel que nous avons eu à l’essai est remarquable pour ce type de véhicule. Ajoutez à cela les éléments de confort typiquement Citroën (désormais regroupé dans un programme nommé « Citroën Advanced Comfort ») et vous obtenez un véhicule tout à fait indiqué pour les longs trajets, à condition d’opter pour une conduite zen, en harmonie avec la philosophie du véhicule.

En effet, le freinage manque de mordant et fait plonger le train avant lorsqu’on le sollicite de trop. De plus, la prise de roulis est importante donc n’espérez pas optez pour une conduite dynamique sur des tracés sinueux sans rendre malade vos passagers.

Avec le confort, la modularité est également un atout de ce nouveau Berlingo.

Le 2e rang de sièges qui compte 3 fauteuils individuels de même taille peuvent être escamotés et offrir un plancher plat grâce à une commande « Magic Flat » accessible depuis le coffre.

Si vous êtes en configuration 7 places, les fauteuils du 3e rang sont extractibles.

Et si vous avez vraiment fait chauffer votre CB chez Ikéa, vous avez aussi la possibilité d’escamoter le siège avant passager. Ainsi, vous disposer de 2,70 m de longueur de chargement sur la version M et plus de 3 m sur la version XL. Fini de jouer à Tetris pour le chargement des étagères.

On ne pouvait pas finir d’évoquer la modularité du Berlingo sans évoquer le mythique Modutop. Mais si, souvenez-vous, le Modutop c’était ses rangements fixés au pavillon de la voiture qui permettaient d’y ranger tellement de choses qu’il fallait parfois être spéléologue pour retrouver le doudou ou la tétine perdu par votre enfant.

La nouvelle génération du Modutop offre 92 litres de rangement répartis :

  • dans un coffre de pavillon accessible depuis les places arrières (rang 2) ou depuis le coffre (lunette arrière ouvrante) d’une contenance de 60 l et 10 kg
  • et des rangements de type capucine au-dessus du rang 1
  • une arche translucide compartimentée qui court sur toute la longueur et permet de voir les objets qu’elle contient et d’exploiter une place réputée perdu. Toutefois, cette arche translucide me semble plus esthétique qu’un réel rangement : je doute que lors des virages les objets qu’elle contient ne basculent pas sur les passagers.

 

On ne manquera pas de vous en dire plus au cours de notre essai.

 

Laisser un commentaire

Instagram