April 22, 2019

Essai Renault Clio 4 RS Trophy 220 EDC 2016

Je commence à bien connaitre cette Renault Clio RS, très bien même puisque mon premier essai date de Mai 2013. Que le temps passe, on peut dire que Renault a réussi son pari avec cette Renault Clio 4. Oui mais depuis 3 ans, quelques versions de Clio RS ont vu le jour avec notamment son bloc 1.6 TCe qui a gagné 20ch pour développer 220ch.

J’ai pu prendre en main dernièrement ce qui est très probablement la dernière Clio 4 RS dans sa version Trophy 220 version 2016. Cette voiture m’a toujours plu et c’est donc avec un plaisir non dissimulé que j’ai pris son volant une fois de plus le temps d’un weekend…

Design

Esthétiquement elle ne change pas beaucoup, en réalité il s’agit principalement d’un changement des optiques avant et arrière ainsi que de nouvelles jantes. Une nouvelle identité visuelle fait son apparition, exit les feux de jours LED dans les boucliers ce qui était la véritable signature visuelle de Renault Sport sur ses Clio et Mégane RS.

Ici la Clio embarque de nouveaux blocs optiques LED avec des antibrouillards reprenant le logo damier de Renault Sport.

A l’arrière, la signature visuelle change aussi avec des feux LED. Il n’y a rien à dire, cette Clio 4 RS est toujours aussi efficace esthétiquement parlant et ne laisse pas indifférent.

Pas de jaune sirius pour mon modèle d’essai mais du blanc nacré qui est d’ailleurs sa couleur de lancement.

Ambiance à bord

Ce fut le principal reproche de la 4 ème génération, la qualité de finition et d’assemblage de son intérieur. La faute à la qualité douteuse de certains plastiques durs, mais depuis des efforts ont été fait en témoigne l’intérieur qui a troqué ses plastiques durs contre du plastique moussé. On ne peut pas dire que l’ambiance à bord soit terrible mais le contrat minimum est remplit notamment au niveau des sièges où on enfin des sièges dignes de ce nom et non plus des sièges en mousse.

Conduite & motorisations

 

  • Bloc 4 cylindres 1.6 16S turbo de 220ch (12CV) à 6050 tr/min
  • Couple de 260 Nm à 2000 tr/min (overboost à 280 Nm)
  • Boite automatique à double embrayage (EDC) à 6 rapports
  • Poids : 1204 kg
  • 0 à 100km/h en 6.6s (Vitesse max: 235 km/h)
  • Conso mixte de 9l/100km

 

Je ne vais pas vous le cacher et vous le savez le plus intéressant sur ce genre d’essai se trouve sous le capot. Son bloc 1.6 Tce poussé dans ses retranchements fait des ravages et surtout grâce à la dotation de série d’un échappement Akrapovic pour gagner quelques kilos sur la balance et surtout quelques décibels pour notre plus grand plaisir. Là où l’on pouvait reprocher à la la Clio RS de ne pas être assez bavarde, la marque Slovène nous réconcilie avec cette sonorité plus rauque et ça crépite beaucoup plus.

Vous trouverez ci-dessous une courte vidéo mais qui illustre plutôt bien cette sonorité.


La voiture révèle tout son potentiel et caractère une fois que l’on a pressé le bouton magique « RS Drive » ce qui permet de passer la voiture du mode « sage » au mode « Il va y avoir du sport ».
Ce dernier permet notamment d’utiliser le « lauch control » qui est toujours un exercice intéressant quand on veut épater les copains. Le train avant est incroyablement incisif, le châssis y est pour beaucoup oui, il colle littéralement la voiture au sol. On peut donc se permettre de passer vite dans les virages en toute sécurité. Ce n’est pas la petite soeur de la Mégane RS pour rien…

Chaque changement de rapport dans les tours est accompagné de son « plop » et de son « pakpakpakpak » lorsque l’on lâche les gaz, merci beaucoup Mr Akrapovic.

Elle reste une excellente « Daily Driver », on peut facilement la conduire tous les jours bien que les suspensions un poil ferme dégrade légèrement son confort. Sa boite automatique à double embrayage EDC commence à être vraiment intéressante, elle était à ses débuts trop lente mais le retard a été rattrapé et en mode passage de vitesse aux palettes on se régale.

On aime

  • La nouvelle signature visuelle simple et discrète
  • L’échappement Akrapovic assez bavard

On n’aime pas

  • L’intérieur pas assez sportif à mon goût
  • R-Link prend un gros coup de vieux…

La concurrence ?

  • Peugeot 208 GTi : 26.350€
  • Ford Fiesta ST: 25.550€
  • DS3 Performance: 27.950€
  • Mini Cooper S: 25.600€

 

Modèle essayé :
Clio RS Trophy 220 2016 : 29.500€

Une grand merci à Renault France pour le prêt et aussi pour avoir égayé ce weekend pluvieux à son volant.

 

La Renault Clio RS Trophy 220 2016 sur le banc
7.0

Les magiciens de Renault Sport ont encore réussi à faire de cette Clio RS 220 Trophy une déclinaison à posséder. Cette quatrième génération commençait à prendre un petit coup de vieux, Renault vient apporter une mise à jour cosmétique qui arrive à point nommé et vient sublimer cette version RS avec des nouveaux optiques vraiment pas vilains et surtout une double sortie d'échappement Akrapovic, que demander de plus ?

  • Motorisation8
  • Design7.5
  • Ambiance à bord6.5
  • Infotainement6
User Rating: 3.3 ( 13 Votes )

Fondateur et Rédacteur en Chef AutoDay.fr

Laisser un commentaire

Instagram