September 20, 2019

Essai Kia Stinger – et le souffle se coupe !

Il y a des marques qui nous étonne. Kia en fait partie. J’ai écris mon premier article sur cette marque lors de la présentation internationale du Sportage. Depuis, cette marque m’a toujours agréablement surpris et la Kia Stinger m’a juste mis une incroyable claque. Une voiture pour passionnés faite par des passionnés !

 

 

Design

Dans un marché saturé par les SUV, les berlines coupés détonnent et attirent. La Kia Stinger est indubitablement de cette trempe : élégante, galbée et fluide. L’interminable capot flanqué de deux ouïes et la forme des flancs traduisent une sportivité affirmée et une puissance visuelle (et pas que). Mais à l’arrière on découvre une proue chicissime dans laquelle s’intègre parfaitement 2 diffuseurs et 4 canules d’échappement.

Les mensurations de la belle contribuent aussi à magnifier cette Stinger : 4,83 m de long, 1,87 m de large et un empattement de 2,90 m. Les proportions et l’équilibre visuel de la Kia Stinger lui confèrent une silhouette fastback élégante et sportive, mais sans agressivité et brutalité.

Pas de doute, il y a de l’ADN de Grand Tourisme dans ce dessin.

 

Ambiance à bord

Une fois assis dans cet habitacle surbaissé on se sent impeccablement maintenu par les fauteuils très bien conçus. Le tableau de bord haut suit une ligne horizontale qui souligne la largeur de l’habitacle. La console centrale est séparée en deux zones spécifiques : les commandes d’infodivertissement sont implantées sous un grand écran tactile, et surplombent les commandes de climatisation et de ventilation.

Face au conducteur, se trouvent le volant caractérisé par son épaisse jante gainée de cuir et le combiné des instruments composé d’instruments analogiques et numériques. Les grands cadrans bénéficient d’un cerclage métal et d’aiguilles rouges. Un écran TFT couleur situé entre les cadrans relaie les données de performance, telles que les forces d’accélération en virage et les temps au tour, ainsi que d’autres informations comme la navigation.

A l’arrière, les passagers seront également choyés. Ligne fastback oblige, il ne faudra pas être trop grand (à plus d’1m85, le sommet du crâne touche le pavillon), en revanche quel confort ! Et grâce à l’empattement XXL, la place aux jambes est digne d’une limousine.

 

Conduite & motorisation

3 motorisations peuvent prendre place sous ce gigantesque capot.

Tout d’abord, un diesel de 2.2l développant 200 ch à 3800 tr/min. Il affiche surtout un couple de 440 Nm ce qui lui permet d’effacer le 0 à 100 km/h en 8,5 secondes et d’atteindre une vitesse maximum de 225 km/h.

Du côté des motorisations essence, deux blocs sont disponibles :

  • le moteur Theta, un 4 cylindres de 2 litres qui développe 255 ch à 6 200 tr/min. Son couple maximum – 353 Nm – est disponible entre 1 400 et 4 000 tr/min.
  • le moteur le plus puissant de la Stinger, « Lambda II » est un V6 bi-turbo de 3,3 litres, qui développe de 370 ch à 6 000 tr/min pour un couple de 510 Nm disponible entre 1 300 et 4 500 tr/min. La Kia Stinger équipée de ce moteur peut abattre le 0 à 100 km/h en seulement 5,1 secondes, faisant de ce modèle le véhicule de série Kia le plus véloce de l’histoire de la marque.

 

Pour épauler les moteurs, Kia a conçu en interne une boite de vitesse automatique à 8 rapports équipé d’un convertisseur de couple à amortisseur pendulaire centrifuge. Mais c’est quoi ce bidule ? Concrètement, il s’agit d’un système améliorant la réactivité des passages de rapports et optimisant le rendement énergétique. Et je vous certifie que quelque soit le mode de conduite choisi (il y en a 5) la transmission est bluffante !

Si vous ajoutez à cela la suspension à commande électronique alors vous obtenez un plaisir de conduire inédit pour moi au volant d’une Kia. Mon modèle d’essai était équipé du moteur Lambda II, le plus puissant. Et pourtant, nul besoin de braver les interdits pour prendre un pied intégral. Les reprises sont franches, les accélérations fulgurantes et les freinages remarquables malgré le poids de près de 2 tonnes. Il faut dire que le système Brembo de notre modèle d’essai est très performant.

 

En somme, le seul reproche que l’on pourrait formuler c’est que l’insonorisation est tellement bonne que l’on peut regretter que le moteur ne soit pas plus présent dans l’habitacle.

 

On aime

  • la motorisation (V6 bi-turbo 3.3l de 370 ch)
  • le rapport qualité/plaisir/prestation/prix
  • le caractère unique de cette voiture (je n’ai pas trouvé de concurrence dans cette gamme de prix avec ce niveau de puissance et de finition)
  • le confort

 

On regrette

  • une trop bonne insonorisation qui nous prive du ronronnement du V6

 

Notre modèle d’essai

Kia GT 3,3 l 366 ch 62 260 € (60 900 € hors option)

 

Concurrences

(à puissance équivalente)

  • Audi A7 Sportback 55 TFSI (340 ch) : à partir de 74 000 €
  • BMW 640i xDrive Gran Turismo (340 ch) : à partir de 75 250 €
  • Mercedes CLS 450 4Matic Coupé Executive : (367 ch + 22 ch) : à partir de 76 099 € (avec quelques options « de base »)
La Kia Stinger sur le banc

Avec la Stinger, Kia nous a coupé le souffle. Cette berline GT coupé est magnifique à l'extérieur et incroyable à l'intérieur. Au volant, c'est de l'enthousiasme à l'état pur que distillent le moteur et la boîte. En clair, La Stinger tutoie la perfection du Grand Tourisme

  • Design
  • Ambiance à bord
  • Conduite
  • Prix
User Rating: 0 ( 0 Votes )

Laisser un commentaire

Instagram